“White bred blues”

 

Présentation

« Le groupe Ralph Of London est né, comme son nom l’indique, à Londres en 2016 sous la forme d’un projet solo imaginé par Ralph. Pour emmener le projet plus loin, il va s’aventurer hors de Londres pour trouver une communauté de musiciens. Au fil des rencontres, il se retrouve dans le nord de la France. Le groupe ainsi formé en 2017 donne vie à la musique de Ralph of London sur scène, musique née du courant pop britannique et transformée au fil des adaptations live de la formation franco-anglaise. Leur son est un mélange de rock and roll synthétisé, de polyrythmie d’Afrique de l’Ouest et de folk anglais, fusionné en chansons pop mélodiques avec un récit lyrique subromantique qui jette un regard sur notre milieu social fragmenté en se positionnant depuis les coulisses. Le groupe réunit des instruments conventionnels pour produire une tapisserie sonore non conventionnelle, livrée avec sincérité tout en conservant une touche d’autodérision introspective, ce qu’il appelle en d’autres termes : la Shit-Pop. »

“White bred blues”

« “White bred blues” a été écrit et composé dans un moment de réflexion sur le fait d’essayer quotidiennement de s’intégrer à la tapisserie complexe de notre société prétendument développée. C’est un murmure sournois d’autodérision qui se transforme en un cri instinctif de déni et en une poussée explosive contre notre propre histoire. » 

Clip

« Nous avons contacté une amie artiste, Shéhérazade Bodin, basée à Bristol et nous lui avons demandé si elle voulait travailler avec nous sur ce clip. Le but était d’avoir l’interprétation de quelqu’un d’extérieur. Petit à petit, l’idée est venue de suivre Mark, un ancien sans-abri de Bristol.

Les mots de la réalisatrice : ” Est-ce qu’un clip peut porter un message fort tout en gardant une idée esthétique purement musicovisuelle ? C’est le pari que je me suis lancée en tant que réalisatrice du clip de “White bred blues” dans lequel je donne la parole à un ancien sans-abri, Mark “Shepps”, qui me fait découvrir ce que fut son quotidien. À travers des métaphores osées et des messages forts portés par la voix de Bristol à travers son street art, “White bred blues” devient le vaisseau d’un message humanitaire et social, comme peut l’être un documentaire, mais en gardant une photographie et une esthétique retrouvées dans les clips ou les courts métrages.” »

Projets

« Nous avons beaucoup de contenus à sortir cette année et l’année suivante : des sessions live, de nouvelles vidéos. Nous montons également une petite tournée pour défendre notre EP, nous jouerons notamment au NO.PI, le 13 mai, à Paris. Mais cet EP est également l’introduction de l’univers Yellow Sky Country, l’album qui le suivra prochainement. »

>> Site de Ralph of London


Publié le