Grand Bombardement Tardif

Des années durant la loi n’a plus régné à l’ouest de Montpellier. Les Sheriff avaient remisé leurs étoiles aux portes du XXIème siècle. Et puis vingt ans plus tard ils sont revenus, tels (ô ironie) des criminels, sur les lieux de leurs forfaits. En 2012, un concert dingo à Montpellier donna le jour à un triple album live (Bang), un DVD et une tournée. Big boum badaboum. Et ceux-là, vous savez, on les remet ensemble sur la route, et il leur vient des idées de come-back. Un nouvel album, avec des titres inédits ? Bien sûr que oui, étranger. Mettez les chariots en cercle, ça va défourailler.

Le résultat c’est Grand Bombardement Tardif, avec lequel les Shériff réalisent l’exploit de faire du neuf, mais à l’ancienne. Douze morceaux « explosifs » et trépidants, pleins de guitares cisailles et de refrains à reprendre à pleins poumons. L’album s’ouvre sur « Requiem cinq étoiles » mais il paraît évident que « GBT» n’est pas un baroud d’honneur. Nos gaillards sont en grande forme, et si Olivier clame de ci de là s’être assagi («Ma Lumière » « A Montpellier » – ou plutôt Montpélier comme on dit- « Loin du Chaos »), la pêche du groupe est intacte. Côté textes, sans trop de surprise on récolte ce que l’on entend : des mots simples et directs, voire un chouïa naïfs, sans message à décrypter.

Pour le son , « Du rock’n roll dans ma bagnole » (au clip décoiffant) et « Se faire une raison « , entre autres, déploient un mur de guitares et des solos dont Angus Young et sa bande pourraient revendiquer la paternité.

Efficace et réjouissant. Bravo.

Clip “Du rock’n roll dans ma bagnole”

Stéphanie Favreau

Grand Bombardement Tardif, sortie officielle le 10 décembre 2021 en LP vinyle, CD et cassette (série limitée 100 exemplaires) chez Kicking records


Publié le