Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques

Ursule

nicolas jules albumDu rock, découvert dans la collection de vinyles paternelle, Nicolas a gardé un goût pour les guitares. Une influence première aujourd’hui totalement assimilée et transformée en un univers personnel où le rock n’est plus qu’un écho lointain, mais bel et bien présent. Parce qu’il chante en français et a fait le choix d’une instrumentation majoritairement organique il serait facile de classer le musicien dans ce grand fourre-tout que l’on nomme chanson. Car, au fil des titres, se dévoile un univers singulier et minimaliste, arrangé avec beaucoup d’imagination. Ainsi les samples des voix de Danielle Darrieux ou Boris Karloff utilisés ici trahissent une passion pour le cinéma et confère à l’ensemble un étrange aspect rétro et nostalgique. Classique dans sa conception, d’une apparente simplicité désarmante, le disque est une collection de mélodies de poche intemporelles et de textes convoquant des émotions universelles, orné d’une sublime pochette dessinée par l’artiste en personne.

>> Le site de Nicolas Jules

RÉGIS GAUDIN

À écouter en priorité : “L’ascenseur dans la Tour Eiffel”, “Ouais”, “Train couché”, “Au bord de l’écluse”


Publié le