Silmarils-interview

Cours toujours vite !

Vingt cinq ans après sa sortie, le groupe francilien ressort son mythique premier album.

Nombreux sont ceux qui pensaient que Silmarils s’était séparé il y a une paire d’années, mais le groupe n’a en réalité jamais vraiment arrêté même s’il n’y avait plus eu de disque publié depuis 2004 : « J’avais fait une interview dans une émission sur les classiques du rock français dans lequel tu voyais notre titre “Cours vite”. Cela transpirait dans mes propos que le groupe me manquait. Notre ancien manager m’a dit : « Il faut faire un truc. » On a été voir Alias, Warner qui étaient partants. Je voulais reprendre tous les acteurs de l’époque. Un seul membre du groupe aurait dit non, je ne l’aurais pas fait ! » nous confie David chanteur du groupe.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser ce retour même s’il arrive au même moment n’est pas lié à la ressortie du premier album. « On a eu à la fois l’envie de se retrouver et de sortir cet album en vinyle car il n’était jamais paru dans ce format. En 95, ce n’était plus l’époque des vinyles. C’est la même personne qui avait fait le master il y a vingt-cinq ans qui a réalisé celui-là. Le mastering a beaucoup changé depuis les années 90. On voulait faire les choses bien. »

 

 

En réécoutant ce disque, on constate que Silmarils n’a pas pris une ride. Cette fusion entre rock et rap, entre Led Zep et les Beastie Boys, entre Fishbone et Red Hot Chili Peppers fonctionne toujours aussi bien aujourd’hui qu’hier. « On aimait ce truc crossover entre le punk et le hip-hop. On ne voulait pas faire une musique de bourrin. On avait envie que ça groove. On voulait faire quelque chose proche du rap mais nous n’avions pas de machines. Et nous n’aimions guère l’idée de chanter des mélodies sur du rock. Seul Noir Désir y avait réussi en France. »

Le groupe a son explication sur le fait que ce disque ait passé les années sans prendre un coup de vieux : « On était un groupe guitare-basse-batterie. Cette formule ne vieillit pas. Si tu cèdes aux sirènes du modernisme, les disques seront très marqués dans leur époque. Depuis cinq ans tout le monde a le même son. Dans dix ans tout ça sonnera comme le François Feldman des années 80 aujourd’hui. »

 

Silmarils

 

Les textes de l’album n’ont pas plus vieilli que la musique et restent d’une troublante actualité (“Victimes de la croix ”, “Fils d’Abraham”) : « Les artistes sont là pour prendre le pouls de leur époque et les problématiques restent les mêmes. C’étaient des textes de colère, de frustration. Les médias intellos, eux, trouvaient ces textes un peu faciles. Nos textes étaient politiques mais sans que l’on soit donneur de leçons pour autant. On a toujours fait attention à ne pas verser dans la démagogie : Le racisme c’est mal, ouah bravo t’as fait un morceau là-dessus. »

« Sur notre deuxième album, tu trouves un titre comme “Tant que parle l’économie”. À l’époque, un journaliste m’avait demandé tu penses que ça intéresse vraiment quelqu’un l’économie ? »

 

pochette silmarils

 

Venant de l’underground, Silmarils avait explosé tous les compteurs avec leur album qui était devenu disque d’or. Et si le studio leur allait bien, c’est sur scène que le groupe donnait le meilleur de lui-même avec près de 200 concerts par an au compteur : « La Mano Negra m’a donné l’envie de tout donner en live. On a toujours eu cette philosophie de se défoncer sur scène. On l’a encore aujourd’hui. Cela fait partie de nous. Au Bataclan en mars ce sera pareil. L’énergie a toujours été là et le sera toujours. J’y retourne aujourd’hui pour tout envoyer comme cela était le cas à l’époque. » affirme Jean-Pierre Martins, saxophoniste du combo.

Avec cette double actualité de la ressortie du premier album et d’un retour sur les planches, on imagine que le groupe aura envie de sortir un nouveau disque dans les mois ou années à venir : « On en a envie, c’est vrai. D’être de nouveau ensemble va régénérer le processus de création, c’est sûr. »

 

PIERRE-ARNAUD JONARD

Photos : Dimitri COSTE

Silmarils – Warner Music France

>> Le site des Silmarils

 


Publié le