“Apocalypse”

 

Présentation

« Transfensch joue un rock plutôt expérimental, qui flirte entre alternatif et progressif. Nos compositions se veulent le reflet des angoisses et aspirations de notre époque. Basé près de Metz, dans les terres post-industrielles de la Fensch, notre combo a déjà autoproduit deux albums : Alter Algo (2008) et Koinos Kosmos (2016). Après “Amer” (2019), le single “Apocalypse” marque une nouvelle étape de notre trajectoire musicale. »

“Apocalypse”

« “Apocalypse” parle d’un amour malheureux, d’un amour rendu impossible quand l’une des parties est devenue toxique pour l’autre. Le sujet est classique, mais c’est ici une allégorie du rapport entre l’Homme et la Nature, dont on sait qu’elle a viré au désastre. Le titre est construit comme un slow et c’est la première fois qu’on propose un titre aussi doux, aussi lent. Mais sans aucun côté glamour, et avec au contraire ce côté froid et angoissant, glauque, qui caractérise notre musique. Un slow apocalyptique en somme. Comme une vague immense qui avance au ralenti, en passe de tout engloutir (sic). »

Clip

« Le clip est un mini road-trip se déroulant à huis-clos dans une voiture circulant de nuit dans un environnement totalement hostile, dévoré par un incendie. A travers les yeux des passagers, on voit défiler une route sans horizon, sinueuse, entourée par des flammes immenses trouant l’obscurité. On pourrait d’abord se croire protégé parce qu’on est assis bien à l’abri dans un véhicule en capacité de mouvement, mais on s’y sent rapidement seul, vulnérable, perdu, à tourner en rond sans échappatoire. Nous voulions illustrer l’ineptie de l’anthropocentrisme, l’absurdité du sentiment de toute puissance de l’humain, qui se sentait à tort protégé par les carcans de la technique et du progrès. »

Projets

« Nous nous consacrons aujourd’hui essentiellement au travail de conception et à la production. Plutôt que de sortir un nouvel album prêt à l’écoute, on a décidé d’enregistrer et de sortir nos titres au fil de l’eau. On prend le temps de peaufiner chaque compo, ce qu’on a toujours fait, mais aussi de réfléchir à la cover et au clip. Après “Amer” et “Apocalypse”, d’autres titres sont déjà en préparation, l’idée étant de les réunir à terme sur un même album.


On travaille chaque composition sur un temps relativement long. On passe régulièrement deux ou trois ans à travailler un titre, voire un même riff, et on craignait, car on a toujours adoré les albums-concept, de perdre en cohérence. Mais alors qu’on a aujourd’hui de quoi presser un LP, on est heureux de constater qu’un fil conducteur devient conscientisable pour le futur album. Même si on ne sait pas, et qu’on ne cherche d’ailleurs pas à savoir, quand l’album sortira…


Quant à la scène, on a dû la mettre de côté. Des dates programmées au printemps dernier ont été annulées et on attend maintenant de voir quand et dans quelles conditions les lieux de spectacle vivant dédiés à la scène rock seront réouverts et accessibles au public. Sans amertume. On aime la scène, mais on aime avant tout fabriquer de la musique. Et les salles de concert sont malheureusement de plus en plus fermées aux formations “de niche” comme la nôtre, et ce bien avant l’avènement de la pandémie et du monde de demain. »

>> Site de Transfensch

 


Publié le