“Devil Cave”

 

Ils décrivent eux-mêmes le clip comme « un voyage onirique dans les méandres d’un esprit torturé façon Alice aux Pays des Merveilles rock’nroll ». L’ambiance oscille entre le Projet Blair Witch et Délivrance, en termes de références ciné. Tandis qu’une silhouette encapuchonnée s’avance dans la forêt au son d’un banjo bottlenecké, des pieds nus trépignent en rythme sur un tapis de feuilles. Les bois prennent une tournure de trip à l’acide aux couleurs et aux formes distordues tandis que des chaussures de claquettes flambant neuves apparaissent, accrochées à une branche. Le groupe, calfeutré dans une cave au décor psychédélique nous est présenté par un genre de Chapelier Fou, que l’on suit dans les coins et les recoins torturés du sous-sol. Là danse une jeune femme, les chaussures vues plus tôt aux pieds, tandis qu’un homme au masque doré, probablement le maître des lieux, met littéralement le feu aux guitares. Le chanteur a pour micro un vieux combiné téléphonique dans lequel il nous exhorte à rejoindre la grotte du diable. Dehors, l’inconnu atteint un campement de caravanes où il est accueilli par musiciens et acrobates, mais vaincu par des vertiges, notre homme s’effondre. À son réveil, il n’a d’autre choix que de fuir à toutes jambes la présence des diaboliques hôtes de ces bois. C’est effectivement onirique, voire un poil perturbant. Le spectateur est intrigué et déstabilisé, et une chose est sûre, les One Rusty Band ont réussi à se créer un univers.

STÉPHANIE COUDERC-FAVREAU

>> Site de One Rusty Band


Publié le