LE SKELETON BAND @ J-B Senegas

Alien sur Seine

Dans l’importante scène musicale montpelliéraine, le Skeleton Band fait presque figure d’ancêtre puisque leur nouvel opus Aux cavaliers seules, est déjà leur cinquième. Un disque qui montre que le trio ne cesse au fur et à mesure de sa carrière d’évoluer et de se renouveler.

Si le Band a longuement évoqué le cabaret et le style d’un Tom Waits, il ne saurait être cantonné à cet univers. Déjà Tigre teigne leur précédent album rompait quelque peu avec cela pour aller vers un son plus rock. Aux cavaliers seules reste évidemment un disque où les atmosphères comptent beaucoup : « Il y a un virage qui a été pris avec cet album. On a composé tous les morceaux en acoustique avant qu’ils ne deviennent électriques. On voulait quelque chose d’à la fois tendu et aérien. Les contrastes sont plus importants dans ce disque que dans nos précédents albums. Ce peut être sombre parfois, mais on trouve également des puits de lumière. S’il y a un côté cabaret, il est moins présent qu’autrefois. La castagne avait un coté cabaret-burlesque. Ce n’est pas le cas ici. Après, il y a quand même un fil rouge de notre premier à notre dernier album. »

Si le trio est un groupe de rock, il possède une énergie qui les rapproche du punk : « On a pas mal joué dans des lieux assez punk tout au long de notre carrière. Il n’est donc pas illogique que l’on retrouve l’urgence qui vient de cette musique chez nous. » À cette urgence, les Languedociens ont ajouté un son qui évoque l’univers musical des groupes du label culte montréalais Constellation : « On a beaucoup écouté les groupes de ce label. On veut prendre notre temps à l’intérieur des morceaux et jouer sur la frustration de l’auditeur qui se dit : “Ne manque-t-il pas quelque chose là ?”. Le dernier titre de l’album est complètement comme ça. On l’a étiré au maximum. On veut créer des morceaux en rupture comme le font les groupes post-rock. »

 

LE SKELETON BAND @ Pierre Honore

 

Groupe rock, esprit punk, influences post-rock, le Skeleton casse les barrières musicales comme celles de la langue ; le groupe a toujours mêlé depuis ses débuts chant en français et anglais, voire même italien ou portugais : « On a une grosse culture de la musique anglo-saxonne mais aussi de gens comme Bashung. Notre chanteur ne maîtrise pas l’italien ou le portugais mais nous aimons la musicalité des mots, quelque soit la langue utilisée. Le français n’est pas une langue facile pour le rock. Nos albums ont été mixés à l’étranger et les gens qui ont fait ce travail étaient étonnés que la voix se mêle à la musique dans ce que nous faisons, ce qui est rare dans les productions françaises. Le français amène souvent vers un type de rythme. On a essayé de casser cela. Cette langue ne doit pas induire forcément un côté plus calme ou un morceau à texte. »

Le combo avait toujours changé de lieu de production d’un album à l’autre depuis ses débuts. Pour la première fois, cela n’a pas été le cas pour ce Aux cavaliers seules, produit, comme son prédécesseur en Italie, au studio Outside Inside à Volpago del Montello. : « Matteo Bordin qui possède ce studio n’a pas été producteur dans le sens classique du terme, avec un côté directif… Ce qui ne veut pas dire que nous n’étions pas ouverts à la discussion et aux échanges. Nous n’avons jamais fait un disque avec un producteur « classique » mais on y avait pensé pour cet album. Ce disque s’est fait très vite. Matteo est dans l’énergie des premières prises. »

 

LE SKELETON BAND

 

S’il nous aura fallu patienter trois longues années pour voir enfin la sortie de ce nouvel-album, c’est parce que le Skeleton est un groupe extrêmement actif, très souvent parti sur les routes hexagonales ou européennes, et lorsqu’ils sont chez eux, ils sont occupés à travailler sur des bande-son pour le cinéma. « Nous avons fait la B.O. d’un film de fiction, Escapa, celle d’un documentaire, Douce France (Ndlr film qui a pour ambition de retisser du lien social entre les quartiers, les villes et les campagnes) et d’une web-série montre des portraits d’agriculteurs, de gens qui travaillent la terre. »

Brisé dans son élan, comme tant d’autres par la crise du Covid 19, à la rentrée, le groupe reprendra la route : « Pour la première fois depuis nos débuts, nous avions fait une pause dans nos live d’octobre dernier à avril de cette année. Nous devions partir jouer au Portugal… Cela a bien sûr été annulé. Nous reprenons la route mi-septembre… »

PIERRE-ARNAUD JONARD

Aux cavaliers seules – Ramblin Bastringue

>> Site du Skeleton Band


Publié le