Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

Secret City Records

KLÔ PELGAGOù l’on retrouve ce sens très fort de la mélodie chez cette ovni québécoise, fille virtuelle de Véronique Sanson (époque Vancouver) et de William Sheller (version Symphoman). Violons sages et piano fou cohabitent dans un album capiteux, harmonique, Kate Bushien, où règnent toujours les mélopées si originales qui ont forgé la “marque Pelgag”. Mais ici le cœur est ouvert, il saigne abondamment pour des disparitions d’êtres chers, pour des retours douloureux sur l’enfance. La belle poésie lunaire et magique de Klô est certes présente, mais les mots sont plus directs, plus explicites qu’à l’accoutumée. Les confidences sont soit murmurées à l’oreille, soit criées pour les transcender. Il existe toujours de grandes plages musicales, dont le dernier titre, sans paroles. Notre-Dame-des-Sept-Douleurs existe réellement, c’est un village. Et malgré son nom terrifiant, c’est en fait une île préservée de la destruction de l’homme. Et ce sera désormais aussi une œuvre qui cherche la lumière à travers les ténèbres.

SERGE BEYER

>> Site de Klô Pelgag

 


Publié le