“Au-delà”

 

Présentation

« Je suis Cyrielle Formaz, autrice, compositrice et interprète dans Meimuna, projet suisse de pop-folk francophone. J’ai fondé ce projet en 2017 et j’ai autoproduit depuis deux EP, Meimuna en 2018 et Amour en 2019. »

“Au-delà”

« Il y a quelques années en arrière, j’ai fait un rêve étrange dans lequel je partageais un repas avec des fantômes autour d’une table. On flottait dans l’espace et ils me racontaient comment était l’au-delà. Il y avait quelque chose de doux et d’apaisant, de rassurant. J’ai écrit cette chanson le lendemain, en quelques heures, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant ! »

Clip

« Le clip a été réalisé par Olivier Lovey, photographe dont le travail a été exposé, entre autres, au Prix Photoforum 2012, en 2014 Selection/Auswahl à Bienne, au Prix Voies-off à Arles 2013, au 18ème Prix de jeunes talents vfg en photographie en 2014 ainsi qu’aux Boutographies de Montpellier où il reçoit le prix Réponses Photo. En 2018, il est lauréat du premier prix des Swiss Photo Award dans la catégorie Fine Arts avec sa série Miroirs aux alouettes.

Voici ce qu’il dit du travail sur “Au-delà” :

Tout a commencé en visitant le nouvel appartement d’Erik et Cyrielle. C’est une grande maison avec de nombreux espaces. L’idée de tourner des actions à l’envers puis d’inverser le sens de lecture était une envie commune déjà évoquée. Mais on voulait inclure des playbacks chantés. Ainsi Cyrielle a dû apprendre sa chanson à l’envers. Après quelques essais, on s’est mis d’accord sur une déambulation dans l’espace et de quelques actions qui pouvaient fonctionner à l’envers. Visuellement et narrativement, la référence importante se rapportait aux films fantastiques notamment le female gothic où l’on retrouve bien souvent une femme en proie avec un univers inquiétant. Logiquement, l’éclairage a été traité de manière théâtrale avec de forts contrastes et de grandes zones d’ombre. Bien que l’on ait tâtonné pour trouver les différentes scènes, le résultat est une illustration assez premier degré des paroles, « je revêtirai la tunique d’ange », « je me changerai en étoile ». Le tout reste malgré tout assez symbolique et ouvert à plusieurs interprétations. Par exemple, le thème de l’au-delà a été traité de plusieurs manières. Le fait de tourner à l’envers donne un caractère surnaturel, magique, mais c’est aussi une manière de traiter la mort comme le rebours de la vie. L’intérieur de la maison est comme laissée à l’abandon avec des draps qui recouvrent les meubles. On retrouve également des reflets de miroir comme des doubles fantomatiques. Il y a également un effet de vaseline sur l’objectif qui crée des images fantôme. Et le dernier plan où le couple est recouvert d’un drap est une évocation directe de la représentation populaire des fantômes. Il y a également l’idée du ciel et des étoiles comme au-delà, on dit bien « monter aux cieux » pour mourir. Ainsi les gouttes d’eau laissées par la pluie sur les vitres des scènes finales créent un faux ciel étoilé autour des deux héros. Le télescope sert alors de porte vers cet au-delà. »

Projets

« “Au-Delà” fait partie de l’EP Bestiaire II qui sortira le 7 août prochain, sur toutes les plateformes de téléchargement légales, en CD et en vinyle. Avant cette sortie, je publierai le 6 juillet un EP instrumental que j’ai écrit durant la crise sanitaire et qui sera disponible sur Bandcamp. Autrement, les concerts reprennent peu à peu et nous serons sur quelques scènes suisses pour l’instant. »

>> Site de Meimuna


Publié le