Cavale

Verycords

CaliOn connaît depuis longtemps l’appétence du chanteur pour la pop britannique et ses accointances avec Steve Nieve, le pianiste d’Elvis Costello, avec qui on l’a vu partager la scène de l’Olympia. La pop, influence majeure, apparaît au grand jour avec ce nouvel effort, aux effluves électroniques, sur lequel le Perpignanais pose, avec son habituelle qualité d’écriture, ses mots sensibles et inspirés par les tranches douloureuses de son existence. Le fond rejoint ici la forme et le chant semble à l’avenant de son écriture si personnelle, enveloppant le tout d’une épaisse couche d’émotion(s) supplémentaire. Sensible et émotif à l’extrême, Cali se met à nu et donne ainsi une enveloppe palpable à son écriture, interprétant, littéralement, ses textes dans une cascade de sentiments, pas forcément évidente à recevoir, avouons-le, pour l’auditeur. C’est peu dire que ce nouvel effort se révèle bouleversant, un titre après l’autre. Un peu désenchanté, l’artiste apparaît enfin sous son vrai jour.

À écouter en priorité : “Viens avec moi”, “Je voudrais vivre heureux”, “Mon fils ma vie”.

RÉGIS GAUDIN

>> Site de Bruno Cali


Publié le