“Mud”

 

Présentation

« Je suis Sacha Bernardson, musicien, chanteur et producteur pop. Je fais une musique souvent fondée sur des assemblages de voix et des squelettes électroniques. J’ai parcouru le monde, pendant plusieurs années, et après trois ans passés en Islande, je suis venu m’installer à Toulouse. Je suis le fondateur du collectif d’art Weird Kids, et je suis également ambassadeur pour le Passeport Créatif. »

“Mud”

« Cette version de “Mud” est nouvelle. Elle existe dans mon dernier album Rockall, et après plus de deux ans de concerts, c’est devenu sa nouvelle forme. Je suis fasciné par la mutation des chansons, elles sont rarement dans leur configuration ultime sur un disque, elles continuent à évoluer avec leur interprète sur scène, avec de nouveaux instruments, elles peuvent subir des mutations intenses. À la base, ce morceau, je l’avais composé pour décrire une sensation de malaise, mais c’est une idée extrêmement abstraite, un peu comme quand on sent qu’il se passe un truc violent en soit, mais qu’on est incapable de savoir quoi. D’ailleurs le texte ne décrit que des sensations. Ces symboles assemblés peuvent laisser place à de nombreuses interprétations. »

Clip

« Je voulais faire un parallèle entre les remous intérieurs et les boues volcaniques que l’on rencontre en Islande. Le tournage a été long, avec quelques amis, nous avons dû recommencer plusieurs fois. Il a fallu faire face aux tempêtes, à la neige et au verglas lorsque l’on a commencé les prises en février. Finalement, je crois que c’était en juin, nous avons pu approcher du site où je voulais tourner la scène, allongé dans les fumeroles. C’est un lieu très fragile, je m’y suis rendu pieds nus. C’est dans ce genre d’endroit que l’on comprend à quel point on est sur quelque chose de vivant. Il y a ce contraste entre le froid glacial de l’air et la chaleur du sol. Il y a beaucoup de symboles dans le clip. Il est question de théurgie, de transe, de méditation, de transformation. Je trouvais aussi fascinant que le corps humain contienne de l’or. J’ai illustré cette idée en post-production. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir eu de l’aide, c’est un travail très artisanal, je n’avais jamais vraiment fait d’effets spéciaux ou même réellement de la vidéo, alors le montage m’a pris beaucoup de temps. C’est seulement le second clip que je réalise, et grâce à Patrik Ontkovic, Claire Paugam et Addéli Falef, j’ai eu une matière première incroyable. »

Projets

« Cette année, je vais publier un projet multiforme qui se nomme Metaverse. C’est un album fleuve, à la fois compilation de remixes, une série de podcasts, plusieurs EPs (dont Mud le 26 mars), de nouveaux clips, des titres inédits et une nouvelle configuration concert. Je planche depuis longtemps sur l’idée de rendre hommage à la correspondance cyber-épistolaire, à la Bedroom production et au travail collaboratif longue distance. Je voulais documenter le travail des ami.e.s qui ont accepté de faire des remixes pour moi. Je me suis lancé dans la réalisation d’une quinzaine de podcasts qui parlent de chacun d’entre eux, c’est très amusant à faire.
Je vais publier de nouveaux clips au printemps, et commencer à dévoiler de nouvelles chansons. Je travaille toujours sur plusieurs choses en même temps. Depuis à peu près un an, j’ai commencé à écrire un nouvel album en français et sans machine. Peut-être qu’il sera terminé pour fin 2021.
Sinon, j’espère reprendre la route des concerts cet été, avec un set up très rythmique.
Je suis aussi graphiste pour la musique et, cette année, j’accompagne pas mal de projets qui me rendent très heureux.
Ah ! Et je vais accompagner plusieurs artistes sur scène. D’abord Dattola qui prépare de très belles choses, et mon ami Benjamin Gibert avec qui nous élaborons des versions live de sa musique. »

>> Site de Sacha Bernardson


Publié le