“How will I know” (Live at Studios Ferber)

Seule au piano et au synthétiseur, la voix de Yael Naim suffit pourtant à remplir la pièce. Sous la caméra de Benoît Toulemonde, avec un éclairage minimaliste, la chanteuse livre ses talents de vocaliste. À l’instar de l’ambiance onirique présente dans le studio, le piano est calme et la mélodie lancinante. Les paroles, teintées de mélancolie et de tristesse, rappellent les ballades calmes de la chanteuse.

Loin de son répertoire pop-folk et jazz, Yael Naim prouve qu’elle peut jouer et chanter tous les genres sans s’y perdre. Elle y mélange aussi les langues, anglais et français, avant de faire briller sa tessiture de voix dans une longue envolée, sublimée par une reverb tout à fait à propos. On suspend son souffle pour apprécier une fois de plus la voix de la chanteuse franco-israélienne.

GABRIEL VERHAEGHE

>> Site de Yael Naim


Publié le