Alber Jupiter @ Philippe Remond

À l’ouest, toujours du nouveau

De Belle-Île-en-Mer aux remparts de Saint-Malo, de Douarnenez à Rennes, depuis plus de 50 ans la Bretagne et le rock vivent une relation passionnelle dont la flamme est entretenue par des générations d’artistes attachés aux lieux de culture et de fête.

Rennes, capitale du rock dans les 80s

Ville discrète dans le paysage rock jusqu’alors, à partir de 1977 Rennes focalise toutes les attentions, devenant le point central d’une nouvelle scène, avec en figure de proue les lumineux et irradiants Marquis de Sade. À la même époque, c’est sous leur impulsion combinée avec celle des Stinky Toys d’Elli et Jacno qu’un petit nouveau, Étienne Daho, fera ses débuts aux Trans Musicales en 1979. La dissolution de Marquis de Sade ne sonnera pas le glas de la création musicale puisque sur ses cendres incandescentes seront créés Marc Seberg et Octobre (entre-temps Christian Dargelos fondera Les Nus). Ainsi, en 10 ans, Rennes aura su s’installer comme capitale du rock. Une deuxième vague avec Niagara, Dominic Sonic ou même dans un registre plus punk, les Trotskids, reprendra le flambeau du rock frappé du sceau de l’hermine.

À partir de là, la scène rock bretonne n’aura de cesse de se renouveler, portée par ses ambassadeurs brestois, Miossec et Yann Tiersen, ainsi que par les chantres du rock breton (mélange de rock et de musique traditionnelle) comme Matmatah, Les Ramoneurs de Menhirs, Dam Kat ou bien encore Soldat Louis, faisant résonner leurs guitares, binious et bombardes (comme Merzhin) au-delà du territoire armoricain. On peut également citer Robin Foster, installé à Camaret-sur-Mer, dont l’album PenInsular II puise largement dans la culture bretonne.

La scène aujourd’hui

Le rock en Bretagne n’étant pas l’apanage des grandes villes, chaque point de la carte participe à alimenter une nouvelle génération prometteuse incarnée actuellement par les Baston (psyché-pop, Lesneven – Finistère Nord), Kaviar Special (garage psyché, Rennes), SBRBS (pop stoner, Rennes), Alber Jupiter (krautrock, Rennes), Soon She Said (shoegaze, Saint-Brieuc/Rennes), Dead (post-punk, Rennes), Komodor (rock psyché 70s, Douarnenez), The Royal Crows (stoner 70s, Douarnenez), Wicked (heavy blues, Morlaix), BOPS (garage pop, Rennes), You, Vicious! (electro-rock, Quimper), Follow Me Not (post-punk, Quimperlé – Quimper), Steve Amber (psyché, Brest) et Dewaere (noise, Saint-Brieuc), pour ne citer qu’une infime partie d’une scène underground fourmillante, loin des circuits mainstream. Comme ailleurs, la musique a besoin de lieux de vie, aussi chaque groupe a-t-il ses endroits préférés, posés comme autant de balises montrant la route à suivre.

Pour Komodor « On répète aux Locos de Douarnenez, on s’y retrouve comme une grande famille avec plein d’autres groupes. En ce qui concerne les bars, notre repaire c’est le Café des Halles à Douarnenez. Sinon, Le Galion à Lorient est un lieu juste incroyable, comme le Paul Art’s à Daoulas. Au niveau des salles de concert, on adore le Vauban à Brest, c’est une salle mythique pour nous, on y a joué en première partie de Yarol. » Opinion partagée par Max de Baston : « Oui, le Vauban à Brest est une chouette salle de concerts. » Max de You, Vicious! : « On est attachés au Novomax et à son équipe à Quimper. C’est un super spot pour répéter, faire des résidences et des concerts. Notre premier show, on l’a fait chez l’adorable JB au Galion à Lorient : il fait partie des cafés-concerts avec une super programmation régulière et un bon système son, comme au Mondo Bizarro à Rennes. » Berne de Dead : « Lorsque l’on est à Rennes on répète au Jardin Moderne et quand on veut boire un verre on va au Bar’Hic, au Bar de la Plage ou au Ty Anna ça dépend. Mais pour aller voir un concert, les meilleurs endroits sont le Mondo Bizarro et l’Ubu. » Robin de Wicked : « La Carène pour les résidences et pour l’accompagnement. Pour jouer, le Vauban, j’aime le public autant que la salle et son patron Charles, sans oublier Le Galion. Il y en a tellement, ils ont tous une âme. » Pour Nicolas et Jonathan de Alber Jupiter : « Le Galion à Lorient où nous avions eu un accueil énorme et le Bistrot de la Cité à Rennes, notre deuxième concert en 2018. » Hadrien, SBRBS : « L’Ubu à Rennes, on a toujours entretenu de superbes relations avec toute l’équipe là-bas. On y est vraiment souvent pour aller découvrir de nouvelles choses, c’est un peu notre deuxième maison. Sinon il y a le Oan’s Pub et le Bateau Ivre, deux bars rennais où l’on aime bien traîner. Au-delà de Rennes, je pourrais parler du Chaland Qui Passe à Binic, tenu par le patron du super Binic Folks Blues Festival. Le lieu est tout petit mais l’ambiance est mortelle et on y mange tellement bien ! » Pour les frangins de BOPS : « On aime beaucoup l’Ubu à Rennes, on habitait juste à côté, c’est là que l’on a vu nos premiers concerts. On est très fans du Galion à Lorient, pure ambiance ! Si on parle de la Bretagne au sens culturel plutôt qu’administratif, quand on va à Nantes on aime bien aller Au Chien Stupide ou au Ferrailleur. » Finalement pour Julien, Soon, She Said : « On a composé à la SMAC de Saint-Brieuc, Bonjour Minuit, car sur Rennes c’est compliqué de répéter. Sinon, on va au Bar’Hic, au Penny Lane, au Marquis de Sade… »

 

Komodor @ Clara Pensec

Komodor @ Clara Pensec

 

 Jupiter @ Jeliza Loup

Jupiter @ Jeliza Loup

 

SBRBS @ Guillaume Magré Guilberteau

SBRBS @ Guillaume Magré Guilberteau

 

Soon She Said @ Vincent Paulic

Soon She Said @ Vincent Paulic

 

Wicked @ Erwan Tam

Wicked @ Erwan Tam

 

Terre de rock

Par le nombre de groupes qu’elle a fait naître et continue d’enfanter, la Bretagne tient une place à part sur la carte du rock français. Est-ce dû à la proximité de l’Angleterre, aux réseaux associatifs super actifs, à la profusion de cafés-concerts ou bien à l’esprit festif hérité de la tradition des fest-noz ? Sans doute une combinaison de tout cela, et peut-être plus…

Toujours selon Julien de Soon, She Said : « C’est la terre originelle des festivals. Les Trans Musicales ont toujours fait la promo de groupes locaux. Et puis avec la proximité, on peut dire qu’il y a la Grande-Bretagne… et la Petite-Bretagne. » Même analyse du côté des BOPS : « Les 45 tours britanniques arrivaient chez nous en premier à Saint-Malo, ça a franchement dû aider. » Pour Ollie de The Royal Crows : « Les Bretons ont toujours été un peuple qui veut se faire entendre, quoi de mieux que le rock ? Peut-être aussi que l’air marin a cette tendance à réveiller nos gènes celtes ». Pour Max de You, Vicious!, le phénomène vient « des assos qui proposent des concerts, des festivals, des radios Férarock qui suivent bien l’actu. Il y a pas mal de bistrots pour jouer, même si ce n’est pas toujours super adapté pour des batteurs qui frappent ! Et puis tu as des gens qui font des dizaines, des centaines de bornes pour aller voir un concert. L’appétence pour la fête et le fait que l’on ne se résigne jamais, ça fait partie de la recette aussi. » Max de Baston modère un peu : « C’est surtout Rennes, mais on peut aussi dire de Bordeaux que c’est une “terre de rock”. Ici, il y a des gens qui se bougent pour organiser des concerts, des assos, des endroits pour jouer (qui parfois ferment, ce qui stimule pour en ouvrir d’autres), des gens qui aiment la musique. » Analyse que partage Robin de Wicked : « Les gens aiment se retrouver dans les pubs, les bars et les festivals. » Hadrien, SBRBS, conclut : « On a la chance d’avoir un certain nombre de cafés-concerts dans pas mal de coins en Bretagne, tu peux arriver dans un tout petit bled au hasard et il y a quand même de grandes chances qu’il s’y passe un concert le soir ou au moins une personne avec un instrument prêt à jouer. Si tu rajoutes les salles de concerts et le nombre impressionnant de festivals qui se déroulent dans le grand Ouest, c’est dur de passer à côté de la musique. Tu mélanges tout ça avec quelques bières, la proximité avec nos amis Anglais, une envie irrépressible de faire la fête et de s’exprimer, et effectivement, je pense que l’on peut dire qu’il y a une vraie ambiance “rock” en Bretagne. »

 

BOPS @ Charlène Flores

BOPS @ Charlène Flores

 

Dead © Florian Duperray

Dead © Florian Duperray

 

You Vicious @ Jérôme-Sevrette

You Vicious @ Jérôme-Sevrette

 

The Royal Crows @ Manny's Glance

The Royal Crows @ Manny’s Glance

 

Kenavo !

Textes : XAVIER-ANTOINE MARTIN


Publié le