La copie d’un autre

GNiGNiGNiGNiGNi

LES HOMMES BOITESIl s’était déjà fait connaître sous le nom de Carl et les hommes-boîtes. Malgré un nom raccourci, Carl est toujours là, tout comme son ambition d’expérimenter les champs du spoken word et de la chanson. Mais avant de repartir pour un voyage aux confins de son imagination, il a préparé une petite mise en bouche avec un single… de 21 minutes. Sur “Te manger les fesses”, plein d’invités y passent dont BRNS pour y raconter des histoires d’adolescences entre désir et changement du corps. Sur ce nouveau disque, Carl Roosens et ses deux complices offrent un son beaucoup plus brut et avec des sonorités électroniques plus prononcées. Les cuivres désenchantés cèdent leur place à des synthés glaçants et des rythmiques minimalistes. Lorsque Carl quitte sa voix monocorde hypnotisante, c’est pour prendre un chant à peine assumé comme sur le titre “Le froid de ta main” au refrain presque pop. Le tout est beau, ténébreux et complexe, malgré le faux dépouillement apparent des mélodies.

 À écouter en priorité : “Oscillations”, “Le froid de ta main”.

YANN LE NY

>> Site des Hommes-Boîtes

>> Lien d’écoute.


Publié le