“No Irish, no Blacks, no Dogs”

 

Présentation

«Nous sommes deux et parfois accompagnés d’un batteur sur scène. Chris vient de Liverpool et son style s’inspire d’écrivains tels que J.G. Ballard, William S. Burroughs ou bien encore Edgar Allan Poe. Donc, même s’il y a toujours plusieurs grilles de lecture, on y retrouve une certaine colère et le refus de toute forme de déterminisme social. Quant à moi, je suis originaire d’ex-Yougoslavie d’avant-guerre et je me concentre sur la musique. J’aime autant l’univers des concerts que celui des clubs. On s’est rencontrés à Paris et on se retrouve tous les deux dans ces univers aussi bien rock, punk et electro que techno. À nos concerts, il y a aussi de plus en plus de monde, ce qui nous donne encore plus envie d’aborder chaque nouvelle date avec la rage au ventre.»

“No Irish, no Blacks, no Dogs”

« Le titre s’inspire des pancartes placées devant les pensions de famille anglaises dans les années 1950-1960. Ces écriteaux montraient les préjugés de cette époque et exacerbaient la forte hostilité qui régnait entre Britanniques et Irlandais. Le titre a été choisi, car il fait référence à de nombreux enjeux actuels : la génération Windrush (la détention abusive, le non-respect des droits et l’expulsion de migrants antillais qui arrivèrent en Grande-Bretagne en 1948), Matteo Salvini (le vice-premier ministre italien dont les idées politiques sont très conservatrices), la popularité croissante des partis politiques racistes (le Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni, le Parti National Britannique, le Rassemblement National), l’accord du Vendredi Saint ainsi que les conséquences du Brexit sur la frontière entre l’Irlande et le Royaume-Uni.»

Clip

«Nous voulions quelque chose de dynamique et d’énervé qui colle à la musique sans pour autant basculer dans du littéral ou de prendre le risque d’être mal interprété, ce qui est possible avec une telle thématique. Nous avons donc choisi de concentrer l’attention du spectateur sur les paroles et de nous défigurer en utilisant les images d’usine comme des masques sur certains plans. Nous pensons également nos clips de façon rythmée et musicale comme de vrais prolongements de nos titres, car nous les réalisons intégralement nous-mêmes.»

Projets

«Faire de plus en plus de dates, faire un duo avec Kate Bush un jour et une prod par James Murphy… Nous mangeons, dormons, travaillons et vivons MONITORS. Le groupe est omniprésent dans nos têtes. Pour le reste, nous avons eu une belle fin d’octobre et un mois de novembre très excitant.»

07/11/2019 :  Concert à l’Espace B, Paris
18/11/2019 : Sortie de notre 1er EP Notes From The Aftermath
17/01/2020 : Concert à l’International, Paris

>> Site de Monitors

 


Publié le