Franck Riester ©glconnection

 

Le 18 septembre dernier, l’unanimité des députés a décidé d’adopter la proposition de loi concernant le Centre National de la Musique, un centre commun du secteur musical qui mettra en avant tous les champs du secteur, spectacle vivant et musique enregistrée et interviendra par des dispositifs financiers, d’expertise et en tant qu’observatoire du secteur et tout cela sous la tutelle du ministère de la Culture.

Ce centre devra être lancé en janvier 2020.

Selon le ministère de la Culture, le 27 septembre, dans le cadre du projet de loi de finances, le Centre National de la Musique bénéficiera d’un budget de 50 millions d’euros dont 7.5 millions apportés par l’état. Les 42,5 millions restants sont apportés par le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz, le Fonds pour la Création Musicale, le Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, le Bureau Export de la musique française et le Club Action des labels et disquaires indépendants.

Il aura fallu 8 ans, après la première proposition en 2011 dans un rapport remis à Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture de l’époque, pour aboutir, enfin, à sa création. L’idée figurait dans les recommandations du rapport « Création musicale et diversité à l’ère numérique » de la mission dirigée par le député et maire de Coulommiers Franck Riester. En 2012, François Hollande, alors à l’époque candidat, semblait y être favorable et avait d’ailleurs affirmé le mettre en place suite à son élection. Mais… ayant été lancé durant le mandat de Sarkozy, le projet a été abandonné par le gouvernement Hollande.

En 2017, le projet est relancé sous Emmanuel Macron par Françoise Nyssen. Après une mission de préfiguration lancée en 2018, la mise en place d’un comité opérationnel est annoncé pour mettre le projet du Centre National de la Musique en place sous la direction de Franck Riester.

​« C’est un choix clair, net, d’accompagner la musique qui bien souvent a eu le sentiment, et à juste titre, qu’elle était un petit peu le parent pauvre des politiques culturelles. » – Franck Riester, ministre de la Culture, dans La Lettre du Musicien.

Source : Article détaillé par Gildas Lefeuvre sur Glconnection.


Publié le