Electric reveries

Machette Production

ORKPeu de disques parviennent à définir instantanément et avec autant d’autorité leur propre temporalité et leur propre territoire. Ce mystérieux duo multi-instrumental affiche en effet des intentions proches des visions singulières de compositeurs tels que Yann Tiersen, John Zorn, Fred Pallem ou John Carpenter. D’un point de vue purement musical, le batteur Samuel Klein et le vibraphoniste Olivier Maurel naviguent dans les mêmes eaux troubles que les Australiens de PVT, que les Américains de Tortoise et de Watter, ou encore que les très complices Kouyaté-Neerman. Leur imaginaire semble aussi bien inspiré par la créativité des arts de rue que par la philosophie punk de l’esprit do it yourself. Avec bonheur, ce LP s’impose ainsi comme un tout, absolument pénétrant, n’étant pas sans rappeler la puissance évocatrice du magnifique Naphtaline sorti en 2006 par leurs compatriotes d’Ez3kiel, avec qui ils partagent cette étonnante et décisive capacité à fusionner organique et électronique.

À écouter en priorité : “Dinner for one”, “La valse des grands enfants “, “ Fable”.

LAURENT THORE

>> Site de Ork


Publié le