Le regard qui tue

Color Records

Varnish la piscine Tout commence à Monaco en 1966 dans un ambiance cinématographique certaine… Car oui la grande originalité de ce disque, grand ovni de l’année, est de conter une histoire selon un concept déjà éprouvé par son auteur, le film auditif. Ainsi, l’objet en présence se compose selon neuf chapitres étirant un hip-hop r’n’b psychédélique mâtiné de soul, bossa, jazz et electronica (…oui c’est possible). Toutes plus chargées en vitamines D les unes que les autres, chaque piste narre un scénario à l’intrigue de film noir, sur fond de séduction et de meurtre. Du groove sensuel en veux-tu en voilà avec le titre « Le regard qui tue », du songwriting diaboliquement mélodique « Face to face », tout en ces lieux imaginaires est d’une réjouissance totale. Ce cadeau des cieux, on le doit à un rappeur suisse, Jephté Mbisi du collectif SuperWakClique, invitant des acteurs-chanteurs de choix, tel Bonnie Banane, ou encore les rappeurs Malaka et Rico The Kid. Un disque surnaturel, félicitation maestro !

À écouter en priorité : “Comme un livre ou un film”, “Il serait dommage d’en manquer une seule parcelle”.

JULIEN NAÏT-BOUDA

>> Site de Varnish La Piscine 


Publié le