Orchestre univers

InFiné

LabelleLabelle avait surpris avec son deuxième album sorti il y a deux ans déjà. Il reprenait, tout comme sur son premier disque, les rythmiques traditionnelles de son île (La Réunion) pour les marier aux sons électroniques, pour un résultat touchant. Il continue ce travail de dentelle sonore et repousse les limites du maloya. Ici, on change de dimension puisque l’on passe à un orchestre (Orchestre régional de La Réunion) et non plus seulement des boucles accompagnées par quelques instruments. Mais il ne s’éloigne jamais trop de son île. On y retrouve la douceur de Labelle magnifiée par l’ensemble d’instruments sur “Playing at the end of the universe”. Pourtant, dans ce disque très contemplatif qui laisse le temps à de longues constructions pour de magnifiques apothéoses, il est possible d’apercevoir des moments beaucoup plus ténébreux et puissants (“O”). Encore une fois, cet album est un vrai univers en lui-même entre néoclassique, post-maloya et électronique.

À écouter en priorité : “La Vie” ; “O”, “Oublie-voie-espace-dimension”.

YANN LE NY

>> Site de Labelle 


Publié le