Judo

Autoproduit

JudoOn ne saura jamais vraiment pourquoi ce groupe a choisi un tel patronyme en guise de nom de scène, mais s’il y a bien une chose que l’on pourra affirmer sans trop avoir peur de se tromper, c’est qu’il a écouté en boucle les Strokes (et qu’il n’arrive peut-être pas vraiment à se faire à la triste réalité que la mode du garage-rock est pourtant dernière nous…). Rappelant à bien des égards Julian Casablancas et ses compères — aussi bien dans le son et les rythmiques des guitares que dans les lignes de chant — le quintette parisien offre au final de très honorables chansons rock (“Stupid lattitude”) ou pop (la ballade “Go surfin”) en déployant assez de panache, d’effronterie, de vitalité et de puissance mélodique pour ne pas (trop) souffrir de la comparaison avec ses pairs américains. Car derrière leur joie de vivre électrique, ces jeunes rockeurs maîtrisent leur sujet (et — au passage — leur sens de la production) à la perfection. Signe qu’ils ont l’étoffe des plus grands.

À écouter en priorité : “ Dead end panic”, “Firecracker”, “Go surfin’”.

ÉMELINE MARCEAU

<< Site de Peter Banane


Publié le