HBurns

Days Off, jeudi 4 juillet salle Pierre Boulez, Philharmonie de Paris

Retour sur le magnifique concert de H-Burns en première partie de Cat-Power à l’occasion du festival Days Off.
La grande salle Pierre Boulez est bien remplie lorsque Renaud Brustlein, alias H-Burns, entre sur scène avec ses musiciens sur la grande scène de l’auditorium, une superbe salle de six étages entrelacés signée Jean Nouvel.

 

HBurns

 

Le son est plus qu’excellent pour écouter les belles mélodies mélancoliques d’H-Burns. Le musicien vient présenter Midlife, son nouvel album, le septième, très réussi. Justement “Tourist”, sublime titre de la galette, ouvre le concert bientôt suivi du morceau titre, peut-être aussi le meilleur. Le public est tout de suite concerné. Captif, il applaudit chaleureusement ce set dont l’ossature est composée pour moitié de nouvelles chansons.

 

HBurns

 

Chemise brodée sur le dos, guitare acoustique en main, H-Burns déroule avec une vraie délicatesse ses chansons. L’instant touche au merveilleux, il se permet une belle incartade américaine en reprenant avec une finesse apaisée le “I’m on fire” de Bruce Springsteen avant de clôturer le set avec “Nowhere to be”, un extrait de l’album Night Moves.
H-Burns peut alors laisser sa place à Cat Power. Celle-ci apprécie à son tour toute la magnificence de ce qui s’avère être l’une des plus belles salles de Paris, la plus fonctionnelle en tout cas pour écouter et apprécier les sons cristallins d’artistes aussi précieux !

 

HBurns

 

PATRICK AUFFRET


Publié le