“Fleur fanée”

 

Après un premier mini-album, La tige et la racine, lancé en 2016, Pierre Guitard, représentant de l’Acadie, en a offert un deuxième, Tuer la bête jusqu’à dimanche, à l’automne dernier. Le jeune auteur-compositeur-interprète affirme un son quelque part entre la dreampop et le shoegaze. Selon ses dires, « Les gens aimeraient que je fasse de la belle musique […] pour passer à la radio avec des thèmes de soleil puis d’oiseaux, mais moi j’aime mieux parler de la mort puis du sexe, de la drogue et des réalités du monde qui frappent plus fort dans la gueule ». Dans “Fleur fanée”, extrait de son deuxième opus, Pierre Guitard fait une déclaration d’amour, avec des mots forts, s’écartant quelque peu de la douceur que l’on retrouve habituellement dans ce genre de texte. On y décèle une peur, celle d’aimer et d’être aimé, mais également la volonté de se jeter dans le grand bain. Le clip, réalisé par Gabriel Antoine Roy, est coloré et quelque peu étrange, avec des créatures aux noms aussi délurés qu’indéchiffrables : Pythonissam Lucius, Tak Gymnocalicium et Transversus Fructus, comme pour représenter cette peur d’un amour stable.

Solène Balleja

>> Site de Pierre Guitard


Publié le