“La discorde”

 

Louis Arlette fait partie de ces artistes prolifiques ; deuxième album en deux ans, Des ruines et des poèmes, sorti au printemps dernier, fait suite à Sourire carnivore, datant de début 2018. Après avoir passé presque dix ans dans l’ombre en tant qu’ingénieur du son, il s’avère que Louis Arlette avait besoin de s’exprimer musicalement et lyriquement.

Avec “La discorde”, on retrouve son amour des mots, entre poésie et prose dramatique. Le clip, dont la réalisation a été confiée à Christian Volckman, dépeint un univers plutôt monochrome, à la limite du noir et blanc. Sur des notes synthétiques de pop électro, on se retrouve transporté en compagnie de l’artiste dans un monde onirique, entre rêve et réalité. Lui, telle une marionnette, presque immobile, figé dans cet univers sombre, contraste avec le mouvement de plusieurs éléments dissociés qui font penser à une représentation d’événements tragiques de notre monde actuel.

Tantôt littéral — éruption d’un volcan, tornade, voire même Notre-Dame de Paris — tantôt imagé — l’éléphant pourrait-il faire penser au trafic d’ivoire ? La sculpture brisée au sol évoquant celle du Mont Rushmore ne serait-elle pas l’allégorie de la situation actuelle du président des États-Unis ? Des collines qui traînent encore leur cortège de sujets de « discordes » tant par la perte de ces lieux sacrés par les Amérindiens que par la conception de cette œuvre monumentale à l’effigie des quatre présidents de la terre de l’Oncle Sam sculptée par un membre du Ku Klux Klan. Quand on voit ce qu’il advient de la Tour Eiffel, on espère que la discorde n’ira pas jusque là…

Solène Balleja

>> Site de Louis Arlette


Publié le