Firestone

le 27 juin 2019, Badaboum, Paris

L’été est là ! Il fait une chaleur étouffante sur Paris avec un thermomètre qui affiche bien plus de 30 degrés. Si cette information rime sans doute aucun avec tenues légères et soirées en terrasses sans fin, elle annonce également l’arrivée imminente du festival Rock en Seine. Le célèbre évènement parisien proposera à son affiche les plus grands noms du rock international de The Cure à Balthazar en passant par Aphex Twin et Foals mais aussi quelques précieuses découvertes. Firestone se verra porteur de ce second postulat puisqu’une scène sera réservée à la marque qui offrira à un jeune talent émergent la possibilité d’y jouer le 24 août. C’est d’ailleurs pour connaître le nom de celui qui s’ajoutera à l’affiche que se réunissent ce soir profesionnels de la musique et soutiens variés. Trois groupes en compétition s’affrontent ainsi le temps d’un showcase sous le regard bienveillant de Corneille, le parrain de l’édition et d’André Manoukian venu rythmer la soirée.

 

Prix Firestone

 

En lice pour obtenir le fameux prix : Hoax Paradise, Plastic Age et Kitchies. Manoukian, le maître de cérémonie, est passé par la télévision, notamment en tant que membre du jury pour la Nouvelle Star et ça se sent au cours de ses interventions, gérées comme celles d’un show télévisé, cherchant à créer une ambiance festive mais aussi à montrer que l’affaire est prise au sérieux. Au fond de la salle, une caméra, filme les débats. Pour peu, il serait facile de se croire sur un plateau de télévision.

Face aux chapeaux rouges et bracelets clignotants distribués par la marque, c’est à Hoax Paradise que revient la tâche d’ouvrir le bal. Mené par une chanteuse au cheveux rouges, le groupe s’impose de deux façons. La première : la voix de sa chanteuse, rauque et suave, un brin comparable à celle d’Anastasia qui avait connu le succès dans les années 2000. La seconde étant la finesse de ses harmonies, bien travaillées qui donnent immanquablement une dimension radiophonique au projet. Une pop bien sentie bardée de guitares se fait alors entendre et permet à l’assistance de danser. Sur scène, la chanteuse et ses musiciens ne sont pas en reste. Leurs morceaux pourraient, à n’en pas douter, trouver leur place dans une grosse production cinématographique américaine. Ils ont l’envergure de singles instantanés, chantés en anglais, avec la touche rock nécessaire.

 

Hoax Paradise

 

Suit Plastic Age. Trio qui a la particularité d’être mené par une chanteuse bassiste, une femme à la batterie et un guitariste. La chanteuse aux lèvres rouges est plus rock dans son look et ses compositions que ces prédécesseurs. Toujours en anglais dans le texte, le groupe emprunte cette fois au punk-rock. mais accessible et grand public, car rappelons que Virgin Radio, présent dans les sponsors de la soirée, est une véritable machine à trouver les artistes tubesques, préférant ceux qui savent faire vibrer leurs guitares. Le trio a d’ailleurs tout pour ajouter son nom à la grille de programmation de la radio. La chanteuse n’hésite pas à jouer de sa basse avec envergure et à la présenter dans les airs. Les titres oscillent entre moments énervés et accalmies portées par une voix acide. Il y a quelque chose The Pretty Reckless, le groupe de Taylor Momsen, dans le rendu global. Une note énervée, une touche de rébellion, qui pourrait bien avoir sa place à Rock en Seine.

 

Plastic Age

 

Enfin, Kicthies conclue les festivités. À côté d’un flamant rose lumineux, le groupe, masculin cette fois, a sorti ses plus belles chemises hawaïennes et même, malgré la chaleur, des vestes colorés aux motifs multiples. Lorsque le leader de la formation niçoise se lance au chant, la surprise est de taille. Sa barbe et ses épaules musclées ne laissent en rien présager la voix aïgue, à la Vampire Weekend qu’il possède. Les morceaux sentent bon l’été. De cette pop colorée qui fait danser les jambes sans que l’on ne s’en rendent compte. Il ne faut que quelques secondes au combo pour mettre ses paroles en tête. En anglais également, la formation profite de refrains mélodiques et bien écrits.

Kitchies

 

Le verdict tombe bien vite : c’est Kitchies qui se produira à Rock en Seine. L’occasion de fêter ça avec un retour sur scène le temps d’un dernier titre. Ils laissent ensuite leur place à Corneille venu interpréter ses classiques et ses nouveaux morceaux. L’assistance les chante volontiers et fait mentir les panneaux présents ça et là dans la salle « make concerts great again » demandant d’abandonner son smartphone le temps des prestations.

 

Prix Firestone

 

Rendez-vous fin août pour voir Kitchies se confronter aux plus grands.

>> Site du Prix Firestone

JULIA ESCUDÉRO


Publié le