Chimie Vivante

Silbo Records / Absilone / Believe

FelocheEn direct du fin fond du « cœur du bayou de banlieue », l’artiste, tel un laborantin de studio reclu, malaxe ses sons, travaillant quasiment en solitaire. La musique devient ainsi une matière vivante que le chanteur façonne suivant ses désirs, faisant fi des écoles et des styles. Une démarche donnant son titre à un album qui surprend, étonne et laisse parfois pantois l’auditeur. Ainsi, ce n’est pas lui faire offense de dire que le titre d’ouverture « Le miroir » et ses qualités de rappeur (cf. « P’tite tête ») nous laissent plus que circonspects. Le manque d’un regard extérieur se fait parfois cruellement ressentir, le musicien vrillant en roue libre. C’est finalement lorsqu’il porte un regard mi-tendre mi-mélancolique sur l’enfance, son thème de prédilection, que Féloche se révèle le plus touchant. Un album mi-figue mi-raisin porté par cet étrange alliage entre sa mandoline fétiche et des sonorités synthétiques marquées, pour le meilleur comme pour le pire, par les années 80.

À écouter en priorité : « Chimie vivante », « Combien y a-t-il ? », « Tara Tari » et « Manjo ».

>> Site de Féloche

RÉGIS GAUDIN

 


Publié le