Soliloquy

Barclay

Lou DoillonElle grandit album après album. La benjamine du clan Birkin se révèle davantage plus fantaisiste avec un troisième opus plus coloré, où le rock côtoie ponctuellement des notes plus électro (“Nothings”), sans pour autant oublier son amour pour la folk, marquant son entrée dans la musique avec Places en 2012. Une prise de risque loin de sa zone de confort dont la force première est la sensualité qui se dégage au fil des notes. Une mutation douce et électrique à la fois rappelant la Patti Smith de “Redondo beach”. Son émancipation artistique s’affiche avec une élégance naturelle et son timbre chaud vient réconforter les oreilles des amoureux du grand Ouest américain. Il est temps donc de brancher les amplis et de laisser place à une musique magnétique. Douze morceaux à savourer sans modération, digne d’une sinécure acoustique.

À écouter en priorité : “Burn” et “The joke”.

CLÉMENCE ROUGETET

>> Site de Lou Doillon

 


Publié le