Corail

Mawimbi

LOYALe Réunionnais tente de marier encore une fois les musiques électroniques et sa musique traditionnelle, le maloya. Pour l’aider sur ce second album, Menwar, percussionniste de l’île Maurice, l’accompagne, donnant de la voix sur deux des singles de l’album : “Ti Lélé” et “Amba”. Les nappes de synthés produites par Loya envoient dans un monde mélancolique où se confrontent les rythmiques ultra-dansantes de l’océan Indien. Et la rencontre choc entre les univers de la techno expérimentale dont il s’inspire et le maloya se fait plutôt bien. Sur “Madaccordion”, l’accordéon s’ajoute à cet entremêlement de rythmes fous sur une progression de 6 minutes. Un petit voyage à la fin inattendu. Une chanson dénote par rapport aux autres : “Tilamp Tilamp”. Un îlot de calme d’où sortent quelques notes de piano perdues au milieu d’un océan de percussions. Mais même si les morceaux sont différents, ils se complètent tous pour montrer l’amour de Loya pour son île et ses sons.

>> Site de Loya

À écouter en priorité : “Ti Lélé” et “Desert”.

YANN LE NY


Publié le