“Tu mords”

 

Présentation

Avec Fanch, K ! (Karina Duhamel), Jérémie Kiefer, Albane Aubry ou Andoni Iturioz, avec les furieux et punk Zissis the Beast, avec bien sûr 3 Minutes sur Mer, ces très remarqués et voltigeurs cousins de Radiohead, Bashung ou Patrick Watson, Samuel Cajal a beaucoup écrit, produit, accompagné… Mais jusqu’ici, jamais rien pour lui-même. Se lancer en solo était une exigence impérieuse intime, et le grand bond dans le vide du Parisien est vertigineux. Conçu avec ses comparses Johan Guidou et Matthieu Lesenechal dans la même veine minimaliste et incandescente que son héros Troy Von Balthazar, son premier album Une issue va droit au but et droit au beau, plein de colère retenue (l’implacable introduction “Cœur noir”, avec Wilfried Hildebrandt), de rage gracieuse, de clairs et d’obscurs, d’arrangements à la discrète amplitude, de mélodies lumineuses (“Langoureusement”), rappelant Bertrand Cantat, Low, Pascal Bouaziz, Flotation Toy Warning, Dominique A. La politique générale et les renoncements personnels (la douce et amère “Indigné”, avec Nellyla), l’amour et la haine, les batailles universelles du quotidien ou le deuil d’un père (la crépusculaire “Décibels”, avec K !), les mots du garçon marquent l’âme d’un bel acide. Au-delà de cette « issue » naît ainsi un chemin : celui qu’emprunte, poétique et rageur, un auteur qui s’affirme.

“Tu mords”

« C’est un titre que l’on a intégré à l’album dans la dernière ligne droite de l’enregistrement. C’est un peu une surprise, une pop-song par inadvertance. Je me demandais d’ailleurs si elle n’était pas trop pop ! J’ai donc fait écouter ma maquette maison à Johan Guidou, le réalisateur de l’album, pour voir sa réaction. Il a aimé et au final je suis hyper satisfait du résultat. Le texte parle de ces moments de fatigue morale voire de dépressions que nous vivons tous dans notre société compétitive et anxiogène. Ce cercle vicieux dans lequel on s’obstine à répéter toujours nos mêmes erreurs, à ressasser le négatif et où pour nous soulager, on s’en prend à nos proches. Typiquement, tu passes une journée de merde au bureau alors en rentrant chez toi, tu t’engueules avec ta femme. Bref, “Tu mords” est une pop-song dépressive. »

Clip

« À la base, il y a un saut à l’élastique pendant l’été 2017. J’allais bientôt devenir papa, déménager de Paris, sortir mon album. J’étais terrifié et excité à la fois, donc j’ai eu envie de me confronter littéralement à cette peur de l’inconnu, en sautant dans le vide sur ce site fabuleux du pont de l’Artuby dans les Gorges du Verdon. Ces images résonnent, pour moi, énormément avec la musique et le texte de “Tu mords”. Comme si le texte exposait une problématique que la musique allégerait et que l’image résoudrait en montrant toutes les étapes de ce cheminement émotionnel où l’on passe quasiment de la terreur à l’extase. »

Projets

Une issue, premier album solo de Samuel Cajal sortira le 19 octobre prochain sur le jeune label La Couveuse. Le lendemain, une release party croisée avec Pauline Drand se déroulera à l’O Gib (Montreuil, 93) pour fêter l’évènement.

>> Site de Samuel Cajal


Publié le