Jean-Paul Gauthier Fashion Freak Show

2 octobre 2018, aux Folies Bergère, Paris.

De sa naissance au temps présent, de sa chère Nana en peluche aux femmes et hommes de chairs nos yeux balaient sa vie et carrière entremêlés. Comment est née l’idée du corset ? Des « seins coniques » ? Le spectateur saura tout ou presque et même plus des passions de Jean-Paul Gaultier, hyper-créatif de génie, Français internationalement connu.

Il enjoint son public à « réaliser ses rêves et à être le plus authentique possible avec lui-même » lors de l’ introduction du Fashion Freak Show qui s’annonce comme un mix de revue cabaret, défilé de mode sur podium, vidéoclip musical, documentaire biographique et cinématographique.

La teneur éclectique du spectacle est respectée ; cela fait à peu près un an qu’il se prépare. On parcours l’historique artistique et les moments marquants de la vie du couturier, son savoir-faire, ses amitiés et ses amours. Tony Marshall, seule femme détentrice d’un césar de la meilleure réalisation, co-signe la mise en scène du show mode et monstre.

Fashion Freak Show ©TS3 Boby

Dès son premier défilé en 1976 Gaultier sait attirer les regards et les curiosités en cabinets de dressing décalés et assortis d’audace, originalité et talent. Grâce à ce spectacle, on a plaisir a se laisser transporter dans le temps et les espaces d’un rêve d’enfant devenu réalité.

Même la marinière dont l’inspiration est puisée en France et qu’il a contribué à faire voyager dans le monde entier en « stripped Brittany jersey » fait pétiller les yeux du public de reflets pailletés. Elle est couplée à un jeans très années 80 sur le comédien qui danse et incarne parfaitement le créateur de mode et de codes. Des codes Jean-Paul Gaultier en brise, en reprise et en pulvérise via son Fashion Freak Show. Des anecdotes, faits marquants sont présentés sous formes d’épisodes en performances live ou vidéos, virtuelles jeux numériques.  L’humour est bien présent lorsqu’on sourit de reconnaître des personnalités en porte-à-faux, fake figures de la mode (« Il fait des robes en sacs poubelle », « Il ne vendra jamais rien »).

Fashion Freak Show ©Boby TS3

Les paillettes, c’est chic, c’est freak ! Et c’est un certain Nile Rodgers, producteur multi-casquettes du groupe américain Chic, qui est chargé de façonner la bande plus qu’originale du Fashion Freak Show. Une bande-son qui met parfaitement en valeur les décors, artistes et époques suggérées par des costumes des 70’s aux années 2010. Quelques noms hantent cette mise en scène : Jimmy Sommerville, Serge Gainsbourg, Jacques Dutronc, David Bowie, Madonna, Marilyn Manson, Les Rita Mitsouko, etc.

La revue se poursuit par des danses en tenues comme cousues à même les corps avec pour haut-de-forme des postes TV, des robes pellicules en clin d’œil au tout médiatisé, même l’intime. Écrans géants ou rideau de toile en voile de transparence transmettent un doublé images-sons surplombant le public. Sa rencontre avec l’amour de sa vie, le couple de  plasticiens français Pierre et Gilles l’expose au-dessus de la troupe des artistes. C’est le tableau d’un des drames de la vie, l’ère SIDA qui décime tant d’êtres et fait disparaître celui qui comptait le plus pour lui.

DEMI MONDAINE ©Bobby TS3

Tour à tour mannequin, danseuse, comédienne et chanteuse, Demi-Mondaine (que Jean-Paul Gaultier a connu par le biais de sa participation remarquable et remarquée au dernier The Voice) reprend sensuellement “Light my fire” originellement interprétée par The Doors. On assiste éblouis et conquis à la volupté de la matière qui colle à la peau et au velouté de la voix et des mots. Le sexe-strip devient alors sexy et Gaultier propose un défilé-revue (et corrigé) par un tableau plus osé. Le show continue lorsqu’une Catherine Deneuve virtuelle annonce les tenues iconiques de la garde-robe haute-couture…

Après 2h20 de spectacle, c’est déjà le bouquet final qui fait suivre des yeux quelques unes des tenues qui ont fait le plus couler d’encre, ou de critiques, lors des défilés de mode. Tel The Rocky Horror Picture Show, les Freak de Jean-Paul Gaultier sortent de leur réserve et se livrent à une fin à la manière des trucs en plumes et autres personnalités de revues.

Alors, les voix-off  de véritables guests VIP, font place en chansons ou en présentations au couturier en personne, qui, comme en fin de défilé, remercie sous une standing ovation, et fait part de son bonheur d’avoir pu accomplir son art.

Fashion Freak Show ©TS3 Boby

Texte : Vanessa Maury-Dubois

Photos : Boby / TS3

 

Aux Folies Bergère, jusqu’au 30 décembre 2018.

>> Site


Publié le