Lecture de Pasolini - ©Patrick Auffret

Le 22 septembre 2018 à l’auditorium du Théâtre de Chelles.

Le Théâtre de Chelles ou plutôt son auditorium, deux cents places assises, un environnement feutré et une salle pleine pour accueillir deux légendes : Béatrice Dalle et Virginie Despentes.

Lecture de Pasolini - ©Patrick Auffret

Une lecture musicale est proposée par les deux femmes, soutenues musicalement dans leur effort par le groupe Zéro, des Lyonnais amis de l’auteur des Chiennes savantes et de Vernon Subutex. Le public est très hétéroclite, tendance bobo. Tout est en place pour une lecture sous haute tension.

20 h 45, les derniers retardataires arrivent, l’auditorium est archicomble : plus une place assise ! Les portes peuvent se fermer. Le silence est total durant quelques longues minutes. Enfin le groupe Zéro, l’auteure et l’actrice font leur apparition. Tee-shirts noirs toutes les deux, siglé Motorhead pour Virginie. La lecture musicale peut commencer.

À tour de rôle elles récitent. Virginie scande, Béatrice joue les textes du poète et cinéaste romain et radical Pier Paolo Pasolini. Des extraits des lettres luthériennes surtout, mais aussi de la persécution et une anthologie, deux essais du poète assassiné dans des circonstances troubles en 1975. À travers son œuvre, Pasolini apparaît comme un agitateur, un provocateur sexuellement explicite et surtout un narrateur sans concession des années d’après-guerre en Italie.

Lecture de Pasolini - ©Patrick Auffret

Dans la noirceur du Théâtre de Chelles, soutenue par une musique accompagnatrice également sous tension, les deux icônes undergroung française parviennent à transcender les textes dans une narration véritablement incarnée. Quelques mots forts, comme “fasciste”, “prolétaire”, “révolutionnaire” résonnent plus que d’autres. Virginie fait en permanence un mouvement de va et vient avec son poignet, Béatrice est plus gestuelle, plus expressive derrière ses lunettes.

Les musiciens accompagnent à merveille le propos. On ne sait bientôt plus s’il s’agit d’un concert très slammé ou d’une simple lecture musicale. Le spectacle dure à peine une heure, sans fausse note. Les deux femmes rayonnent face à l’auditoire, quittent la scène tout sourire, bras-dessus bras-dessous. Elles reviendront vite pour une ovation bien méritée !

Lecture de Pasolini - ©Patrick Auffret

Texte & photos : Patrick Auffret


Publié le