La Route du Rock 2018 ®Patrick Auffret

Du 17 au 19 août 2018 Fort Saint-Père et Saint-Malo (35)

CADRE : Plein air dans un vieux fort et cinéma Le Vauban à Saint-Malo. Une soirée d’ouverture le jeudi dans la salle La Nouvelle Vague à Saint-Malo.

MÉTÉO : Beau soleil mais nuages et quelques gouttes le dimanche pour célébrer l’arrivée de Charlotte Gainsbourg.

LA CARTE D’IDENTITÉ : “Le plus petit des grands festivals” selon ses organisateurs présente une belle collection indé. De plus en plus de Français (Daho, Charlotte Gainsbourg,…), et c’est tant mieux, dans une programmation traditionnellement orientée très pop anglophone. Des DJ’s de renom sans tomber dans le bling-bling pour prolonger les soirées jusqu’à pas d’heures.

LA FREQUENTATION : 21 000 entrées comptabilisées le dimanche, soit un déficit de 4 000 tickets par rapport aux espérances sans que cela ne remette en cause la pérennité de la manifestation.

LES PLUS : Une logistique améliorée cette année avec une très grande scène pour accueillir Phoenix. À raison, ce concert fut absolument éblouissant !

Une avant-première exceptionnelle : le dernier film de Patti Smith,  une captation d’un des deux concerts qu’elle a donné avec son groupe à l’occasion du 40e anniversaire de la sortie de l’album culte Horses.

La soirée du vendredi, quasiment sans fausse, est la soirée de la mort ! Des réjouissants The Liminanas aux expérimentaux Föllakzoid, il n’y a rien à jeter !

LES MOINS : Des files d’attente interminable pour obtenir une malheureuse galette-saucisse. Cette année, une dizaine de prestataires seulement assuraient l’alimentation. Faut pas avoir faim !

MOULE FRITE : D’ailleurs, les moules sont délicieuses cette année… mais absentes du site. Pourtant, il y a bien longtemps, lorsque les bénévoles s’occupaient de l’alimentation des festivaliers, elles étaient proposées avec succès. Une formule qui pourrait être remise à l’ordre du jour l’an prochain d’autant que c’est en plus un produit très local ! Reste à trouver le prestataire.

LA CONFIRMATION : The Limiñanas emballe totalement les festivaliers. Avec en bonus, c’est presque une habitude, la venue d’Anton Newcombe sur scène pour chanter “ Istambul is sleepy”.

PATTI SMITH : Elle présente son film salle Vauban, samedi en début d’après-midi, durant une demi-heure devant une salle archi-comble et dialogue avec les 250 privilégiés en toute intimité. Un moment de grâce…

Puis, le soir, la New-Yorkaise, accompagnée par son fils Jackson à la guitare joue avec intensité ses plus grands succès et reprend, dans une démarche écologique, “Beds are burning” de Midnight oil. Elle avoue sur scène être « happy », cela se voit. Généreuse et attendrissante, la poétesse du rock sublime ainsi une soirée par ailleurs bien faible…

LE GRAND SHOW : Les Versaillais de Phoenix sont en très grande forme et présentent un spectacle total, avec déferlantes de lumières et cabrioles de son chanteur Thomas Mars.

LA DECOUVERTE : Le concert explosif de Shame le vendredi soir.

LA PETITE HISTOIRE : Etienne Daho présente son exposition Daho l’aime pop mais refuse d’être photographié. Une belle illustration du célèbre adage “Faites ce que je dis, pas ce que je fais”.

LA CONFERENCE : Chaque année, le conférencier rock’n’roll Christophe Brault séduit les festivaliers avec une conférence de haute tenue. À la suite de la projection de Horses, Patti Smith and her band, il tient les spectateurs en haleine en revenant sur l’histoire de l’icône new-yorkaise. L’occasion d’apprendre par exemple que Bruce Springsteen est l’auteur de “Because the night”, le tube immortel de la chanteuse.

À LA PLAGE : Les concerts à la plage Bonsecours ont toujours autant de succès. La possibilité de se baigner en écoutant de la musique.

BEAUF ATTITUDE : Le record (a priori pas battu) de la plus grande chenille du monde a lieu le dimanche au cœur de la nuit. Il faut dire aussi que cette soirée, pourtant relevée, est la moins fréquentée…

CONCURRENCE : Pas sympa, La fête du Bruit de Landerneau, qui avec ses grosses stars (Shaka Ponk, NTM, Franz Ferdinand…), se positionne sans rien demander le même week-end que la Route du rock ! François Floret indique vouloir réunir tous les organisateurs de festivals bretons pour établir un calendrier en bonne intelligence.

RECONFIGURATION : D’ailleurs, le dimanche est-il la journée de trop ? Les organisateurs se posent sérieusement la question tant la fréquentation est moindre. L’an prochain, le 15 août tombera un jeudi, peut-être la possibilité de faire une soirée supplémentaire le jeudi au lieu du dimanche…

 

 

>> Site du festival La Route du Rock

 

 

Texte et photos : VALERIE BILLARD & PATRICK AUFFRET

 


Publié le