Helluvah leur EP Echo Valley

ROCK SUPRAFEMININ

Helluvah est un nom qui sonne comme celui d’un ange gardien ou un prophète. Mais en fait… « C’est ‘‘Hell of her’’ avec cette manie qu’ont les Américains d’écrire tout attaché. Et avec la prononciation anglaise cela donne ‘‘Helluvah !’’. J’avais lu ce mot dans un livre et au début je n’avais pas bien compris ce que cela voulait dire. Après avoir regardé je trouvais cela marrant, c’est un mot assez joli alors que ce qu’il veut dire est assez vulgaire finalement ».

En musique c’est le nom d’un duo rock mixte, fondé par Camille Warmé dans les années 2000 et produit par Bob X, musicien multi-instrumentiste du groupe. « Au début j’étais seule avec ma guitare folk, puis petit à petit j’ai eu envie de faire des choses plus rock. Bob a commencé à m’accompagner sur scène à la basse et à la batterie. On a ensuite rajouté des éléments, comme des boîtes à rythme, des samples, etc. Moi je compose la musique et les textes, ensuite  on les arrange ensemble. »

ROCK BILINGUE

Elle creuse avec Bob son microsillon rock sur des morceaux principalement en anglais sur ses albums précédents et aussi, récemment, en français sur ‘‘La fête’’ : « À la base, c’était une espèce de challenge personnel, je n’ai jamais écrit en français. J’ai essayé sur un morceau plus électro que rock. Et je pense que ce serait encore plus dur d’écrire un bon morceau de rock en français. Il y a des gens qui font ça très bien, mais je ne sais pas si j’en suis capable. En tout cas, le format un peu électro et en français me plaît bien. »

Helluvah leur EP Echo Valley

FESTIVAL DE FEMMES

Aguerrie en matière de musique, d’albums ou de scène (elle a joué au Viper Room à Los Angeles !), Helluvah a participé à son deuxième festival Les femmes s’en mêlent en mars 2018 à la Machine du Moulin Rouge. Elle porte un regard clair et lucide sur la raison d’être et d’exister, de résister : « En fait il y a énormément d’études qui ont été faites sur la programmation des festivals de manière générale. Il y a même une artiste qui s’est amusée à  enlever des affiches le nom des hommes pour voir ce qu’il restait… Majoritairement des hommes et groupes d’hommes ! Et on s’est rendu compte qu’il y avait très très peu de femmes, voire pas du tout. Pour moi c’est un peu comme les quotas. En fait le festival Les Femmes S’en Mêlent rempli ce rôle. C’est nécessaire pour que les femmes aient plus accès à la scène. Évidemment on se dit que cela ne devrait pas exister… »

EP

Leur EP Echo Valley évoque plein de choses… Et en cherchant, on peut noter, le nom d’une prairie avec la nature brute à perte de vue dans le parc National Yosemite ou bien le nom de nombreux campings aux Etats-Unis ou alors le nom d’une actrice aux formes voluptueuses. Mais Camille reste dans la nature des êtres et de l’espace-temps : « Pour moi cela associe pas mal de termes. En fait j’imagine un écho se fait dans une vallée en face d’une autre. Et c’est finalement comme son propre passé qui va faire écho au présent, au futur, etc. C’est comme si notre propre vie était une vallée remplie d’échos, de réverbérations. »

>> Site d’Helluvah

Texte : Vanessa Maury-Dubois

Photos : David Poulain


Publié le