Amanda Dakota

Tricollectif

Liberté, fougue, dextérité, puissance et créativité… Tels semblent être les maîtres-mots de ce projet majoritairement instrumental qui lie le musicien jazz Théo Ceccaldi à des membres du collectif orléanais Tricollectif. Ensemble, ils viennent placer l’anticonformisme au cœur de leur démarche en obligeant les défenseurs des codes artistiques à botter en touche.

Et pour cause. Associant le jazz au punk, mais aussi au rock, à la musique contemporaine ou au metal, ce disque bigarré multiplie les cassures rythmiques, les tensions et les virages. Explosions lyriques, traversées hypnotiques, aventures épiques… Entre rêves et cauchemars, on erre au milieu de plaines désertes et apocalyptiques peuplées parfois de créatures improbables. Guitares, batterie, saxophones, claviers, violon et violoncelle forment l’instrumentarium de ce voyage sensoriel imprévisible qui pourrait évoquer les frénésies de John Zorn, les textures abrasives de Meshuggah ou l’excentricité de Charles Mingus. Classe.

>> Site de Théo Ceccaldi & Freaks

À écouter en priorité :  “Coquette rocket ”, “Nu sur le rivage”, “ Oh mon Dieu”.

ÉMELINE MARCEAU


Publié le