Fragile

Armes sensibles

Il aura fallu plus de dix ans entre la rencontre de David et Matthieu et la sortie de leur premier LP. Quand on s’étonne d’une telle durée de gestation, David répond de sa voix posée « Nous sommes indépendants alors forcément tout prend plus de temps : les processus d’enregistrement notamment sont plus longs parce que nous jouons de tous les instruments et puis nous avons beaucoup tourné pendant tout ce temps ». David confesse aussi « un peu de temps perdu avec les majors », mais sans amertume.

Le temps pour le duo bordelais de faire des belles rencontres comme celle de Cali lors d’un festival à Royan (le Catalan, tombé sous le charme, prêtera quelques années après son studio à Rivesaltes pour l’enregistrement de Without A Fight). Ou encore Laurent Seroussi, rencontré anonymement lors d’un concert. Recontacté ensuite, il acceptera de créer la (superbe) pochette de l’album, comme il l’avait fait avant pour Bashung, No One is Innocent ou bien encore Jacques Higelin.

Car même si les compositions sont avant tout faites à 4 mains, il s’agit bien d’un projet collectif, créé et façonné au gré des rencontres : Denis Barthe (Noir Desir), Yann Nguema ou Fred Noguet (Ez3kiel), chacun individuellement apportant sa pierre à la construction d’une réelle identité artistique « qui s’inscrit bien au-delà de la musique ».

Ces collaborations donnent une maturité exceptionnelle aux compositions écrites en français ou en anglais, alternant rock (Noir Désir), post-prog et alternatif (Muse, Radiohead). Sans doute toujours dans la recherche de cet équilibre si nécessaire dans « un monde où tout est fragile et qui requiert que l’on se batte pour se protéger ». Un combat mené à coups d’armes sensibles qui atteignent au cœur, nous faisant ainsi succomber au charme d’un groupe promis à un très bel avenir.

Texte : Xavier-Antoine Martin
Photos : Alexandre Garreau


Publié le