The Big Idea

Lancement d’album, 13 avril 2018, Olympic café (Paris)

SOCIAL BUKAKE

Prélude, partie 1

Rendez-vous à 21 h à Barbès à l’Olympic café pour une soirée garage. On descend au sous-sol où la scène se trouve. Il fait déjà très chaud, ça promet. Le trio masculin Social Bukake ouvre le bal. Des larsens, beaucoup, et des cris : du garage très très heavy, qui ne saurait nous convaincre mais dont on reconnaît une certaine structure.

Intermède aux préludes

Victor de The Big Idea nous explique rapidement le concept de l’album à l’honneur ce soir, Daytona ! : le vinyle est un plateau de jeu, chaque personnage – à découper – est une chanson du nouvel opus (Sir Gidéon, La Grande Mer, Agent Doug… Notez la touche d’humour) ; sont représentés dans les cases du jeu, leur canapé, le festival qu’ils ont créé à La Rochelle – d’où ils sont –, le Cremafest où sont venus jouer Lysistrata et Amor Blitz, entre autres. Tout cela organisé via l’association qu’ils ont créée pour aussi monter leur propre label et créer leur studio d’enregistrement chez eux… Du 100 % fait maison, de l’indé pur. Bref, les 7 compères sont très actifs. Car oui, ils sont 7 et vivent tous ensemble dans la même maison, ce qui les aide à être surproductifs. À l’écoute de tout ça – qui est sans doute la moitié de tout ce qu’ils ont fait – on ne peut qu’avoir hâte de les voir jouer.

Jach Ernest

Prélude partie 2

Avant de retourner dans les fournaises chtoniennes, on remarque un homme au chapeau cloche portant une canne, très classe, que l’on reconnaît sans trop vraiment se rappeler… Où l’a-t-on déjà vu, à Rennes ? On nous dit qu’il vient de Bordeaux : ah oui, à l’I.Boat, mais dans quel groupe ? Mystère, en tout cas ce soir, il est guitariste – fougueux – de Jach Ernest, groupe d’indie très intéressant, aux ambiances changeantes, qui invite sur scène Alizon, jeune Bordelaise dont l’album folk nous avait assez plu. Ils ont allumé la climatisation, un souffle fait virevolter les cheveux, on se croit dans un clip américain des 80s.

The Big Idea

Le show

Sur la microscène de l’Olympic, les 7 colocataires se serrent : 4 guitares et 1 basse alignées devant, une batterie et un clavier derrière. Une flûte en bois, un tambourin. Ça envoie, on est pas là (que) pour déconner. Les ambiances varient, on est transporté·e·s dans diverses atmosphères. Une énergie clairement communicative, on se secoue sur leurs rythmes. Tout s’enchaîne, tout est fluide, on sent les heures de pratique : ça a du bon de vivre ensemble !

The Big Idea

Si en concert le groupe diffuse principalement une musique garage, les enregistrements sont nettement plus nuancés. Pour exemple le morceau « Zeus » de Daytona ! qui se fait très psyché 70s, vaporeux. La particularité de ce septuor, c’est bien la multitude d’énergie et de style réunis dans un seul morceau ; le titre « Larmina la danseuse » est sans doute le plus à propos pour illustrer cela : on démarre en douceur, sur une pop 60s, puis viennent en trombe les guitares et le chanté-crié pour la dose de garage, tout de suite interrompu par un piano impromptu qui vient apporter une légerté jazzy à l’ensemble, puis retour des guitares, du crié-chanté, et en 2 minutes, on a réussi à surprendre l’audimat. Bien joué les gars.

>> http://thebigidea.fr/

Texte : Laura BOISSET

Photos : Guendalina FLAMINI


Publié le