Ain’t That Mayhem ?

Ici, d’ailleurs

Zëro, leur album Ain't That Mayhem ? sur Longueur d'OndesPeu de musiciens poursuivent, après tant d’années, la radicalité d’un aussi intègre paradigme sonore. Symbole d’une créativité intacte, le trio détourne son ADN bruitiste pour explorer une théâtralité nouvelle, parfois proche du rock progressif à la Animals de Pink Floyd (“Marathon woman”) ou du chamanisme de Can (“Deranged”). Depuis leurs premières incarnations, (Deity Guns, Bastard), ces artisans acharnés se sont toujours méfiés de la technique pour préserver l’énergie brute de leur musique (“Underwater frequencies”). Loin de se réfugier dans la seule nostalgie, et refusant de n’être qu’une simple copie de leurs contemporains américains, le groupe concurrence directement des références actuelles comme Grails (“Fake from the start”). À l’image des défunts Goz of Kermeur et des toujours vivants Ulan Bator, les Lyonnais rappellent ô combien l’Europe est toujours le foyer de perversion d’une expression rock outre-Atlantique, ayant lui-même volé son âme au blues (“Alligator wine”).

>> Site de Zëro

À écouter en priorité : “Alligator wine », “Deranged », “We blew it”.

LAURENT THORE


Publié le