“Il y a”

Si le Docteur Jekyll se droguait pour abstraire le bon côté de son mauvais, pour sa part c’est au son de mélodies electro-pop que la Parisienne, porteuse du projet Alice et moi, traîne son double, entre sagesse et folie, entre être et paraître. Des paradoxes que la jeune artiste rend pourtant indissociables. Fidèles à l’adage qui veut que « l’air ne fait pas la chanson », les mondes parallèles d’Alice Vanor se sont matérialisés sur les cinq pistes poétiques de Filme moi, sorti le 27 octobre dernier. Coréalisé par Alice elle-même et Randolph Lungela, le clip d’“Il y a”, extrait de cet EP, n’échappe pas à son univers. Entre poses nonchalantes et pas de danse effrénés, Alice et moi invite travestis, fans et noctambules à rejoindre son attitude bipolaire bien qu’elle ne cesse de répéter « Je n’aime personne, laissez-moi seule ». Un côté pile, un côté face qui se concilient à l’épilogue du clip lorsqu’un œil mystérieux dessiné au creux de la main vous invite dans un monde rêveur où, l’espace d’un regard, on se sent plus fort.

>> Site d’Alice et moi

Publié le