La belle affaire

Autoproduit

Stephane Delrine, son album La belle affaire sur Longueur d'OndesLorsque se présente un artiste qui sort du lot, on remercie le ciel d’avoir permis son identification. Avec un EP et deux LP très confidentiels à son actif, le Grassois d’adoption n’en est certes pas à son coup d’essai, mais gageons que ce nouvel opus, superbement produit, lui permettra une audience à la mesure de son talent. Auteur-compositeur émérite, il possède des influences à chercher du côté de Murat et Manset, une écriture poétique d’une grande fluidité et un goût prononcé pour le folk-rock US. Des musiciens américains, contactés sur le Net, ont contribué, dans un subtil dosage d’instruments et de sonorités sophistiquées, à l’élaboration des musiques préalablement maquettées par l’artiste. Le propos de Delrine est mélancolique, son chant en est le vecteur idéal. Avec l’addictif “Diva”, titre d’ouverture d’une rare élégance, l’illustration en est faite, et les neufs titres suivants, s’enchainant dans une irrésistible alchimie, confirment avec brio la cohérence d’une belle œuvre.

 

>> Site de Stéphane Delrine

À écouter en priorité : “Le temps d’après”, “Le hameau”, “Le temps qui passe nous entraîne”.

ALAIN BIRMANN

Publié le