The night

A tree in a field records

Harvey Rushmore & the Octopus, son album The night sur Longueur d'OndesL’Amérique n’a pas l’apanage de la musique rock psychédélique et ce jeune quatuor suisse originaire de Bâle vient éminemment en apporter la preuve ! Tirant son épingle du jeu à bien des égards tout au long de ce premier album, il impressionne par sa fougue et sa frénésie électriques, mises au service d’une énergie particulièrement communicative. Place à un déluge de solis de guitares distordues et réverbérées, à une basse qui ne stoppe jamais (ou très peu) la cadence et à un chant mélodique et obsédant, à l’instar de “The night”, véritable pièce-maitresse de huit minutes que l’on dirait improvisée avec brio. Égalant sans mal la puissance d’un Black Angels ou d’un Black Motorcycle Club, le groupe puise aussi bien dans le rock, la surf-music que le garage et le rock’n’roll pour élever ses titres tapissés de pédale fuzz et de sonorités planantes au rang d’hymnes, sans jamais perdre de vue une certaine légèreté pop (“Darkside”). Embarquez donc dans une musique sous acides, pleine de réjouissances.

 

>> Site de Harvey Rushmore & the Octopus

À écouter en priorité : “ The night” , “Darskide ”, “Rusty James”.

ÉMELINE MARCEAU

Publié le