“Kid”

«Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité». Cependant, on ne naît pas viril, on le devient. Cette étiquette transgénérationnelle masculine, que l’on mesure à la force des bras, aux exploits sexuels, au sang versé, tourmente et obsède. Repère masculin ? Besoin viscéral d’être reconnu ? Tourné dans la chambre secrète des éphèbes bodybuildés sous l’œil attentif d’Axel Morin, si le jeune artiste originaire de Créteil apparaît torse nu, le corps luisant de sueur, ce n’est pas pour soulever de la fonte. Dans ce titre sincère et intimiste, au croisement du rap et de la chanson, Eddy de Pretto lève sa voix sensible sur ces injonctions à la virilité que transmettent parfois les pères à leurs jouvenceaux. Le culte du héros en guise d’héritage, celui qui fait de vous un homme, un vrai, selon les poussiéreuses règles de la masculinité aux stéréotypes sexistes profondément ancrées dans notre société où, à l’heure de la profusion de catalogues de Noël, il est encore nécessaire de rappeler l’importance des jouets dans la construction de l’égalité entre filles et garçons.

Un pamphlet incendiaire disponible sur le premier EP Kid, sorti le 6 octobre dernier.

>> Site de Eddy de Pretto

Publié le