Night Funeral

Kütu Records

Niandras Lades, l'album Night Funeral sur Longueur d'OndesDès les premières notes, les guitares lancinantes et l’atmosphère embrumée donnent la couleur de l’album : il sera noir. De ce noir à la fois glaçant et brillant que peignaient si bien The Church ou The Auteurs dans les années 90 et dont on retrouve ici la marque. Le premier titre passé, alors que l’on est encore ankylosé comme on l’est par un réveil trop rapide, il est déjà temps de s’abandonner à “Night funeral” avec son intro que Sir Paul période Sgt. Pepper aurait adoubée sans l’ombre d’un doute. Ainsi le temps de quelques mesures le noir s’est-il fait moins noir, mais n’a rien perdu de sa magie, bien au contraire, puisque celle-ci va opérer jusqu’au bout. Les titres s’enchaînent et les Clermontois continuent à surprendre, flirtant ici avec le rock psychédélique avant de repartir vers leurs terres de prédilection, là où les guitares et la voix envoûtante reprennent leurs droits et posent l’empreinte d’un groupe qui a définitivement réussi ici un très bel album.

>> Site de Niandra Lades

XAVIER-ANTOINE MARTIN

À écouter en priorité : “Yuk-Ae”, “Night Funeral”, “Crows”.

Publié le