Schlaasss ©David Poulain @JIMI 2017 - Longueur d'Ondes

Les 13 et 14 octobre 2017, Ivry-sur-Seine (94)

 

CARTE BLANCHE AUX INDÉS ET À L’AUTOPRODUCTION : Depuis dix ans, la JIMI est le rendez-vous annuel des acteurs du milieu indépendant (autoproductions, labels, médias, tourneurs, collectifs, etc.) Pendant deux jours, à Ivry-sur-Seine (94), le Hangar, le Théâtre Antoine-Vitrez et l’espace Robespierre accueillent concerts, showcases, salon et débats où professionnels et amateurs de musique indé peuvent se rencontrer.

INFO TRAFIC : La JIMI réussit à fédérer cette année 1 500 visiteurs sur deux jours.

POINT MÉTÉO : Aucun nuage à l’horizon et températures dignes d’un début d’été.

DÉCOUVERTE : Totorro. Le quatuor nous vient tout droit de Rennes. Programmé au Théâtre Antoine-Vitrez samedi soir, le groupe propose du son rock. Ne cherchez pas les paroles, vous avez la musique. Pendant près d’une heure, les deux guitaristes, le bassiste et le batteur jouent un rock instrumental aux confins de la pop, avec des accroches fédératrices.

LA “GAULE-WAVE”: Après la “French-Touch”,  la “Gaule-Wave”. Kézako ? Derrière ce genre méconnu se cache son auteur, le groupe FAIRE. Ce trio parisien au style décalé jongle avec légèreté entre le rock et le punk, le tout saupoudré de sons électros psychés.

L’INATTENDU : Hard-Ons. Étiqueté punk rock, le groupe nous vient tout droit de Sydney. Une présence étonnante parmi la programmation de cette année, qui laisse la part belle aux artistes franco-français. Créée au début des années 80, la formation australienne disparaît des écrans-radars en 1993. Ce n’est qu’en 2002 que la bande se reforme, pour reprendre le chemin des studios l’année suivante.

LA SCÈNE DONNE DES AILES : Gérard Baste. Matthieu Balanca à l’état civil, l’artiste est le plus rock’n’roll des rappeurs. Un personnage multi-casquettes, puisqu’il est également auteur et présentateur de l’émission télé “Level One Zoo Video”. Son rap cogne fort, volontairement dans la surenchère. Une escalade dans ses textes, mais aussi sur scène, en effet sa prestation au Hanger s’achève par un strip-tease avec les deux danseuses qui l’accompagnent.

L’ADDITION S’IL VOUS PLAIT : Davodka. Nourri par l’univers du rap du 18e arrondissement d’où il est originaire, l’artiste oscille entre différentes cultures de musiques urbaines. Mixe de rap et de hip-hop, voir même de hardcore, il développe sa propre technique, mixant jeux de mots et punchlines.

LES INCLASSABLES : Schlaasss. Les étiquettes ? Sans façon. Originaire de Saint-Étienne, le duo jongle depuis 2012 entre le trap-punk, le rap, le hardcore et l’électro. Une chose est sûre, la complémentarité entre les membres de la formation sur scène est fulgurante, sans compter sur leur énergie communicative.

LES PLUS :
– Un rendez-vous professionnel  durant lequel les échanges entre deux stands et deux concerts s’avèrent fructueux. L’occasion pour les différents acteurs de la musique de se rencontrer, d’échanger mais aussi pour les artistes de glaner des information utiles afin de permettre le développement de leur projet.
– Des conférences données par des professionnels sur des problématiques ciblées liées à la scène indé.
– Une programmation éclectique.
– Salon gratuit un prix raisonnable pour les concerts (10 € le billet).

LES MOINS : Le grand public absent du salon de la JIMI.

LE SPEED-MEETING :  Il y aura eu des rencontres durant tout l’après-midi, samedi, à l’Espace Robespierre. Mais en fin de parcours, c’est un speed-meeting que propose la JIMI. Des artistes en tout début de parcours discutent durant quinze minutes avec des assos’, labels, médias de l’écosystème indé. Longueur d’Ondes en était. Ce sont deux groupes (Ghinza, Penny Was Right), trois auteurs-compositeurs (Nât, Gabriel, DPV) dans des styles allant du pop-rock jusqu’à l’ambient, et la représentante d’une structure (Art Massif) avec lesquels on a échangé. Comment entrer en contact avec la presse musicale ? À quel moment ? Que faut-il faire pour être entendu ? Visible sur le Web ? Autant de questions que se posent les jeunes artistes en 2017.

ET APRÈS : Rendez-vous le 13 octobre 2018.

>> Site de la JIMI

Texte : Clémence Rougetet / Speed-meeting : Bastien Brun

Photos live : David Poulain

Photos stands : Julia Escudero

Publié le