L’empreinte

DIY Prod

Angel Fall, l'album L'empreinte sur Longueur d'OndesAttention, ovni ! Plage après plage ce disque s’impose comme une anomalie dans la scène française. On retient d’abord ce sens de l’emphase et de l’ampleur, signe d’une réelle ambition musicale. Dans ce contexte, Radiohead et Arcade Fire s’imposent comme des figures stylistiques, en modèles affichés. Mais pas que… Loin de là. Car contrairement à ses aînés, le groupe n’a pas occulté la dimension rock de ses compositions, comme une petite démangeaison qui, par le biais d’un riff de guitare ou d’un break de batterie bien sentis, empêche la chose de ronronner bien tranquillement. Le grain de sable salutaire qui, bien souvent, manque aux exemples précités. Ainsi, cet album est un jeu de piste dans lequel on prend plaisir à se perdre, au gré de compositions labyrinthiques, la voix de tête en guide. Climats et ambiances sont ainsi variés, la musique se fait insaisissable et fuyante, progressive, alternant arpèges apaisants et attaques électriques voire violentes. Une réussite.

>> Site d’Angel Fall

RÉGIS GAUDIN

À écouter en priorité : “Dsong”, “Un jour d’été”.

 

Publié le