Stupeflip @Flip Party ©Cristophe Crenel - Longueur d'Ondes

FLIP PARTY, 16 septembre 2017

Lieu Secret (Un big entrepôt de la Plaine St Denis. NDLR !)

La soirée la plus barrée de la rentrée !

Qu’est ce que c’est que ce truc ? Un concert ? Une fête païenne ? L’after d’un film de Stephen King ? Un peu tout ça en fait avec une soirée en forme de jubilé déglingo pour remercier les petits lapins, autrement dit les fans qui ont participé à l’opération de crowdfunding record monté par Stupeflip pour financer son dernier album.

Cette Flip Party c’est du Walking Dead au pays des Télétubbies avec une armée de 6000 fidèles hilares et excités, portant des cagoules, des têtes de lapins psychopathes, des soutanes ou carrément des costumes de Titi ou Casimir. Tout le bestiaire à la fois naïf et barré sorti de la tête de Julien Barthélémy a.k.a King Ju, le leader de Stupeflip.

23 heures : Pogo Car Crash Control, l’excellent groupe hardcore de Lesigny commence par faire trembler les murs de l’entrepôt qui sert de lieu secret pour cette messe noire et fluo aux portes de Paris.

Puis c’est l’arrivée de King Ju, Cadillac, MC Salo et Dr Vince. Du grand Stupeflip boosté par, dans le rôle du backing band, les rythmiques de Pogo Car Crash Control. Un set court mais intense, avec un King Ju comme un gamin hilare balançant des doigts au public, Dr Vince au sommet d’une estrade avec ses platines, l’intrigant Cadillac en treillis-sandale et tête en forme de chapeau Napoléonien enfoncé jusqu’aux yeux et Mc Salo en lutin aux cheveux longs jusqu’au genoux.

“Royaume”, “Stup Crou”, “A bas la Hiérarchie”, les titres défilent et les fans hurlent à s’en arracher la glotte… C’est du n’importe quoi dans le public pressé contre les crash barrières avec, sur scène jusqu’à 5 heures du matin, des interludes divers et variés : une procession cagoulée des adeptes de la Stup Religion venue du fond de la salle, des apparitions de Dee Nasty, de Mélanie Bauer, et au bout de la nuit, une grande interrogation. Était-ce, comme King Ju le laisse entendre, le dernier concert de Stupeflip ?!! Le bouquet final de cette aventure hors norme dans le paysage musical français. Les fans ont leur idée sur le sujet. Non seulement Pop Hip is not dead, c’est marqué sur leurs pancartes, mais le CROU ne mourra jamais !

> Notre entrevue avec Stupeflip (Longueur d’Ondes n°80)

>> Site de Stupeflip

Textes et photos : Christophe Crénel

Publié le