©Nicolas Tessier @La Nuit de l'Erdre - Longueur d'Ondes

30 juin & 1er juillet à Nord-sur-Erdre (Loire-Atlantique)

 

CONTEXTE : Week-end ultra concurrentiel (Main square, Eurockéennes, Days Off …) au sein duquel une association tente de tirer son épingle du jeu hexagonal.

 

CADRE : Parc du Port-Mulon, au nord de Nantes et en bord de rivière.

 

ILS SONT VENUS : Sting, The Chemical Brothers, Manu Chao, Shaka Ponk, Macklemore

 

MÉTÉO : Averses passagères et ciel plombé (la routine locale…).

 

FRÉQUENTATION 2017 : 32 000 festivaliers. Avec un public âgé étonnamment agressif sur la première journée, peu habitué aux festivals et présent pour Les Insus. Tout l’inverse de l’accueil incroyablement détendu des bénévoles…

 

AUTRES CHIFFRES : 16 concerts ; 150 techniciens ; 950 bénévoles.

 

LES TRUCS EN + : Tarifs inférieurs aux moyennes nationales, un bar à mojito et un accompagnement parking/plateforme dédié aux personnes en situation d’handicap.

 

ORGANISATION : De nombreux réaménagements (entrées + toilettes + création d’un espace restauration supplémentaire) ont semble-t-il fluidifié les accès et davantage réparti la foule, par rapport aux années précédentes.

 

ÉVIDEMMENT : Les deux têtes d’affiches – Les Insus et Prodigy – ont joué le rôle que l’on attendait d’eux. Soit, un best-of sans surprise, mais dont l’énergie a encore quelques leçons à donner. Mention spéciale au sans faute de Last Train.

 

OUI, MAIS : Si le nouveau projet de 20syl (AllttA) est aussi intelligent et fin que ses auteurs, on attendait cependant plus de régularité dans les montées ; malgré leurs qualités techniques indéniables, Roberto y Gabriela pâtissaient, eux, d’un set parfois trop homogène. Dommage.

 

LA CURIOSITÉ : Dans la tradition déjanté de Die Antwoord, la version nord des rave bands – les Russes de Little Big – ont marqué les esprits avec show épileptique sous 3e degré, avec tatouages sur le poitrail et naine sur scène.

 

LE SCANDALE : On a cherché longtemps le mot qui pouvait le mieux résumer la prestation d’Ofenbach, dont une partie du set consista à sampler les grands standards sur un même beat (à intervalle régulier afin d’automatiser les breaks), avant de s’accorder sur… “putassier”. Pas mieux.

 

BONUS : Dans un espace sécurisé des loges, les Insus ont donné un aftershow à quelques intimes et pros triés sur le volet. Dommage que le production n’autorise pas l’interview du groupe…

 

PROCHAINE ÉDITION : la 20e !

 

>> Site de La Nuit de l’Erdre

Texte : Samuel Degasne
Photos : Benjamin Guillement et Nicolas Tessier
Un grand merci à Gabriel Massei.

Publié le