Gunwood ©Richard Schroeder sur Longueur d'Ondes

Road movie intime

Le trio parisien s’est d’abord fait la main en 2014, sur un EP autoproduit avec les moyens du bord (Gunwood circle). L’ambiance y tirait déjà vers le folk, mais comme l’explique Gunnar (guitare, voix) : « C’était une première phase de recherche de son et d’arrangements qui collait avec mes comparses ». Au contact du live, le groupe ajoute à son répertoire des racines grunge, blues et même folk irlandais (que l’on entend dans leur premier véritable album Traveling soul). Éclectique, la musique de Gunwood possède néanmoins une ligne directrice, une logique sonore. « On a eu la chance de faire cet enregistrement dans de superbes conditions aux Studios Ferber, grâce à notre collaboration avec Zamora. On a essayé d’être le plus fidèle possible aux compositions, sans trop se perdre dans des effets de prod’ ou à chercher à trop salir le son. »

Autre point qui définit les ambiances du disque : son background littéraire. Car si Gunnar est un enfant de Cohen et Dylan, il entretient un rapport privilégié avec certains écrivains (Herman Hesse, Goethe, Dostoïevski) : « Je suis incapable d’écrire sur commande et, sur le coup, je vois souvent l’écriture comme une peinture abstraite qui colorie mes chansons. C’est ensuite, en essayant d’analyser mes textes, que je me rends compte des écrivains m’ayant influencé ». Chaque titre s’apparente ainsi à un extrait de journal intime, à un périple au gré de l’existence. Logique que l’artiste cite “Heute hier morgen dort” de Hannes Wader en guise de premier émoi artistique : « Un titre très folk américain, mais en allemand. L’artiste parle de voyages et du changement perpétuel de la vie. Ça m’a autant marqué musicalement qu’en termes de poésie. » Traveling soul, comme son nom l’indique, est une œuvre itinérante qui a la bougeotte. Un road movie sans destination fixe qui renvoie aux grandes années cinématographiques du Wim Wenders 80’s. We can’t go home again, indeed.

>> Site de Gunwood

Texte : Jean Thooris

Photo : Richard Schroeder

Publié le