Therapie Taxi ©Guendalina Flamini - Longueur d'Ondes

Pop idyllique

Depuis le succès de La Femme, la nouvelle vague pop française n’arrête pas de faire émerger de nouveaux groupes. C’est clairement dans cette lignée que se situe le quatuor : « C’est grâce à eux que nous chantons en français. Ils ont montré la voie ». La formation définitive a beau n’avoir que quelques mois d’existence, ces Parisiens ne sont pas loin d’être la nouvelle hype. Le premier EP, de la belle pop ouvragée, vient à peine de sortir, que leur réputation était déjà faite. Il faut dire que leur clip de “Salope” avait affolé le Net au cours des derniers mois. Un récent passage au Quotidien (TMC) de Yann Barthés n’a fait qu’amplifier le phénomène. Le combo ne s’affole pas pour autant : « Prétendre qu’il y a un buzz autour de nous serait exagéré. Depuis notre passage télé, le nombre de visites sur les réseaux sociaux a augmenté, mais on ne va pas se la raconter. Dire que cela démarre bien, oui, mais nous ne sommes pas encore au niveau des groupes de rap où tu as très vite des dizaines de milliers de vues ».

L’engouement vient du fait qu’une grande partie de la jeunesse d’aujourd’hui se reconnaît en eux, notamment dans leurs textes assez crus et collés au réel. « Certains ont dit que nous étions un groupe générationnel. Nous ne le pensons pas et, surtout, n’avons pas cette prétention… » Signé chez Panenka Music, le label indé qui a le vent en poupe (ils ont en catalogue Pogo Car Crash Control, Contrefaçon ou Claude Violante), le groupe posséde déjà un following certain. Leur récent concert complet à la Boule Noire en est la meilleure preuve. Un public fervent qui connait déjà toutes les paroles par cœur. Ancrée dans une réalité métropolitaine, leur vie est ponctuée de soirées. « Nous sortons beaucoup trop ! », avouent-ils, hilares. Le groupe n’a d’ailleurs pas peur des clichés rock, notamment avec leur clip “Crystal Memphis” dans lequel la cocaïne est ultra-présente. Une Therapie pas forcément conseillée à tous.

>> Site de Therapie Taxi

Texte : Pierre-Arnaud Jonard

Photo : Guendalina Flamini

Publié le