“Mourir c’est nul”


 

Présentations

Infecticide ne cesse de chahuter la chanson française avec éclat et ferveur psychoactive. Artistes complets, les trois affreux investissent tous les moyens qui passent entre leurs mains sales pour faire de leur bébé une arme nocturne à caractère sadique, et le public se retrouve à genoux devant tant de maîtrise dans l’art du foutage de gueule.

C’est que nous avons à faire à un trouple précieux, dans les pittoresques paysages de France, loin des groupes larmoyants qui essaient de ranimer une new-wave noyée dans la salive d’un bouche à bouche non-consenti.

En live on sue davantage qu’à l’atelier zumba proposé par la mairie, et le cerveau aussi en prend pour son grade, grâce aux paroles dont l’humour désinvolte et grinçant nous rappelle amicalement notre misérable condition d’être humain : « un champignon qui pleure, une petite motte de peur… »

Les déguisements régulièrement renouvelés ajoutent aux concerts une esthétique de l’absurde qui malmène les codes habituels du rock, de l’électro, du punk, et le public n’a plus qu’à danser en riant, ou rire en dansant, dans une transe collective du WTF. Leurs nombreux clips homemade dont voici la playlist donnent une bonne idée de cet univers ravagé : Infecticide – “Les animaux sauvages”.

Après le foudroyant Chansons Tristes sorti en 2014, leur 2ème album Poil de Cœur est arrivé début 2016, toujours chez Da! Heard It Records, comme une carte de vœux musicale sous un sapin mort. À l’intérieur, une virée en eau profonde entre friandises wave neuroleptiques, romantisme punk, et poésie des soirées qui finissent à 15 heures du matin…C’est une sélection de morceaux choisis parmi ces 2 albums que Kdb Records décide d’éditer en vinyle, appuyé en sortie numérique par Atypeek Music.

L’insaisissable trio est d’ailleurs déjà en train de travailler sur un 3ème album, et arpente les routes à la rencontre de son public bouillonnant, tout en continuant de produire régulièrement de nouvelles vidéos hors-circuit.

Attention : après une plongée dans leur univers tordu les plaisirs dominicaux proposés par Michel Drucker n’auront plus jamais la même saveur.

 

“Mourir c’est nul”

Entre sonorités post-punk et électro à la FRONT242 et DAF, le trio Infecticide sévit avec Compalition, un album déjanté intégrant des morceaux choisis de “Chansons Tristes” et “Poil de Coeur”, et en autres petites pépites, vous trouverez 2 inédits : une version LIVE du tube “Mourir c’est nul” et un remix de Schönen Ball (Remix) par Eyjafjöll.

Ce titre date de 2007, c’est un des premiers titres du groupe, à l’époque où aucun média ne s’intéressait à ce qui sort de l’ordinaire. Comme tous les morceaux d’Infecticide, il s’écoute, il ne s’explique pas.

 

Projets

Le prochain album Compalition sort le 24 mai en édition limitée de 300 vinyl sur KdB Records et Atypeek Music, et en digital. Infecticide sera en tournée :

  • 25/05 Montpellier (le Mat)
  • 26/05 Le Bleymard (Festi’val d’Olt)
  • 27/05 Lyon (Bar des Capucins)
  • 01/06 St Lumine de Clisson (La Boutinerie)
  • 02/06 Saintes (Rock Your Beat)
  • 03/06 Bordeaux (Lieu surprise)
  • 05/06 Paris (Le Trianon)
  • 17/06 Nanterre (Amandiers)
  • 08/07 Berlin (Urban Spree)

Infecticide, “Mourir c'est nul” en exclu sur Longueur d'Ondes

>> Site d’Infecticide


Publié le