@ Sciences Frictions - Cite des Sciences - Paris 2017 ©Abi Friard - Longueur d'Ondes

Jeudi 27 avril 2017 à Cité des sciences et de l’industrie (Paris)

Voilà une idée dont toutes les politiques culturelles de toute ville devraient s’inspirer : faire se rencontrer science et musique; amener un domaine dans un autre, attirer de nouveaux publics et opérer une médiation culturelle subtile en laissant les nouveaux venus s’approprier les lieux dans une atmosphère propice à la fête et la détente.

Attiré par des têtes d’affiche plus qu’alléchantes – La Femme et Superpoze – le public a pu, avant le début des concerts prévus à 22 h, déambuler dans toute la structure et visiter les expositions en cours. Une véritable médiation culturelle était assurée par la troupe Les Goulus qui proposait des visites insolites, de quoi décomplexer ceux qui ne sont guère à l’aise avec les sciences, chose qui arrive à des gens très bien.

 

20 h – Bar à insectes Jiminy’s

On commence par prendre l’apéro avec, à la place des chips et des cacahuètes, des vers goût ail et fines herbes, des criquets et des sauterelles saveurs tomates sèches / herbes de Provence. Notre futur n’a vraiment pas mauvais goût !

 

20 h 15 – Espace de distraction

Baby-foot géant (10 mètres, 30 joueurs) ; waterlight graffiti, un mur de LEDs qui s’allument au contact d’un pinceau ou d’une éponge humide, pour des créations éphémères lumineuses ; 2 sets de réalité virtuel qui ont eu un vif succès.

 

20 h 45 – Planétarium

Découverte de l’univers de l’artiste parisien NSDOS qui récupère ses samples un peu partout dans la nature pour une techno expérimentale des plus intrigante. Une immersion de 30 min dans la musique du DJ, le tout dans une projection à 180° de représentations de l’univers, avec, de temps en temps, une fenêtre télévisuelle qui s’immisce sur une planète ou une galaxie pour montrer les techniques de captations sonores de l’artiste, ponctuée de quelques minutes de danse contemporaine. Car Kirikoo Des, de son vrai nom, est aussi danseur, mannequin, performeur, inventeur d’instruments, concepteur de dispositifs… Bref, un artiste complet à découvrir en live au plus vite !

 

21 h 30 – Atelier d’Hula-Hoop

Instruction des monitrices de l’association Hoop-Dance : il ne faut pas onduler, il faut faire des va-et-viens d’avant en arrière ou de côté à côté et prendre le rythme du cerceau. C’est aussi simple que ça… en théorie !

 

21 h 45 – Visite de l’expo « Des Transport et des Hommes »

Belle scénographie. Expo entre arts, interactions numériques et statistiques et faits très intéressants.

 

22 h – La Femme

C’est vrai que les apparitions télévisuelles de La Femme étaient vocalement décevantes. On accuse des plateaux télé mal réglés car en live, mais ici aucune fausseté entendue ! Et honnêtement, il s’est passé tellement de choses sur cette scène que ça serait passé inaperçu. Festival d’instruments d’abord, avec la présence notamment d’un thérémine et d’un gong. La dynamique du groupe a été démultipliée par deux invités de marque, le formidable danseur Igor et ses splendides tenues affriolantes, ainsi que la Sphynx du groupe (vue dans le clip du même nom) qui occupait la scène comme un plateau de cinéma. Concert mémorable !

On a malheureusement loupé la carte blanche au label Antinote qui proposait un silent disco (la musique s’écoute au casque, joie vous est donc donnée de l’ôter et de regarder les gens danser sur du silence) ; de même pour l’atelier « Bruitage de cinéma » qui avait l’air passionnant et pour les expositions temporaires que l’on aurait adoré voir… Bref, reste l’envie de revenir !

>> Site : cite-sciences.fr

Texte : Laura Boisset / Photos : Abi Friard

Publié le