Volver ©Blandine Soulage - Longueur d'Ondes

Espace Lino Ventura à Garges-lès-Gonesse

le 26 avril 2017

Volver, c’est la rencontre au sommet entre Olivia Ruiz, ancienne Star Académicienne devenue une chanteuse populaire et Jean-Claude Gallotta, le plus talentueux des scénographes de danse contemporaine.

Ce dernier s’est approprié l’histoire familiale d’Olivia Ruiz pour réaliser une série de tableaux magnifiquement chorégraphié où la belle Espagnole met son cœur sur la table.

Soutenu par cinq musiciens, les neuf danseurs de la compagnie de danse mettent parfaitement en valeur les chansons habitées d’Olivia.

En puisant dans le déjà riche répertoire de la chanteuse, Jean-Claude Gallotta a réussi à mettre en scène une vision fantasmée d’une histoire aussi belle que dramatique, celle d’une jeune immigrée espagnole, chassée de son pays avant de devenir reine de Paris et de connaître une fin tragique.

Au fil des chansons, réorchestrées d’une belle manière, et des ballets, l’histoire, parfaitement soutenue par la voix off d’Olivia, mais aussi par de grands tableaux cinématographiques en provenance du cinéma muet, prend une tournure politique pour s’affirmer en un véritable plaidoyer en faveur des migrants et déracinés de tous poils.

Dans ce contexte à la fois politique et poétique, la chanteuse, encore jeune maman, est de tous les tableaux et s’impose à la manière d’une meneuse de revue à la fois touchante et flamboyante. Elle chante (en français, en anglais et en espagnol), danse, bouge et s’impose avec splendeur dans des tenues toujours plus flamboyantes.

Chant d’espoir dansé et chanté, Volver est un grand moment de bonheur dans un monde de brutes. Occitane d’origine espagnole à Paris, Oliva Ruiz, citoyenne engagée, a des convictions. Forcément, elle a mis ici beaucoup d’elle.

Pour Volver, la parenthèse est hélas désormais fermée (la dernière a lieu à Béziers vendredi 28 avril). Cette ode au corps comme à la tolérance, dévoile une belle facette d’Olivia Ruiz, actuellement en tournée pour défendre un nouvel album justement intitulé Nos corps.

 

 

Texte : Patrick Auffret

Photos : Blandine Soulage

Publié le